Comment maximiser (enfin) ses vacances, Anne Percin

Je me souviens de ma lecture du tome 1 : c’était la nuit, j’avais cours le lendemain, j’arrivais pas à dormir, alors j’ai rallumé la lumière et j’ai passé au moins une bonne heure à éclater de rire dans mon lit. Et comme ça, les aventures de Maxime sont devenues des livres feel good dont rien que l’idée me met de bonne humeur. J’ai acheté les 2 et 3 à leur sortie, je me suis toujours autant bidonnée, alors tu penses bien que quand j’ai entendu qu’il y aurait un tome 4, la hype était hyper présente.

9782812612725

L’intrigue ?

Maxime Mainard, petit kéké de 17 ans, décide que partir en vacances avec ses parents c’est pas poss et qu’il sera bien mieux chez sa grand-mère au Kremlin-Bicêtre, ville swag par excellente.

(ça c’est l’intrigue du tome 1) (je vais pas te raconter celle de celui-là parce que sinon ça spoile et personne ne veut ça)

Ça, c’est les tomes précédents. Je te mets les couvertures d’époque, parce que c’est celles que j’ai et #nostalgie

À l’époque, j’avais adoré parce que c’était fun, c’était léger, le ton de Maxime était drôle et en même temps attachant, bref, c’était pas prise de tête et en même temps bien foutu, et ça me faisait du bien de lire ça.

À l’époque, j’avais 19 ou 20 ans, j’étais assez proche de Maxime en âge, et je lisais énormément de littérature jeunesse, c’était #macame. Aujourd’hui, j’ai 27 ans, je lis moins de littérature jeunesse parce que j’ai pas forcément les mêmes attentes de lecture, et si moi j’ai pris huit ans dans les dents Max n’en a pris qu’un, et du coup, malgré ma hype, la question se posait : est-ce que ça allait encore me plaire ? Est-ce que j’allais encore me poiler ?

ALORS, premier choc : Stéphane a 27 ans. Comme moi. Stéphane, c’est un flic, un mec responsable, un adulte. Stéphane, il a mon âge. Et ça, ça m’a foutu un sacré coup de vieux. D’autant que, malgré ça, je savais pas trop où me positionner au milieu des personnages, moi. Même si je sais remplir mes déclarations de revenus depuis un moment, je me sens pas trop proche de Stéphane, mais en même temps, les préoccupations de Maxime et de ses BFF ne sont plus vraiment les miennes non plus. Autant à 20 ans j’arrivais encore à m’identifier, autant aujourd’hui, beaucoup moins.

C’est pas un drame en soi, au contraire, heureusement que mes préoccupations aujourd’hui ne sont pas les mêmes qu’à 20 ans, mais du coup je pense que ça a enlevé un côté émotionnel et impliqué à ma lecture, que j’ai pu avoir à l’époque et qui était moins présent aujourd’hui.

Ceci étant dit, j’ai adoré cette lecture. Il faisait bien trop froid pour un mois de juillet, la lose était présente à la maison, et j’avais besoin d’un truc pour me remonter le moral et me rebooster un peu : c’était la lecture parfaite. Je l’ai lu en deux jours, je suis rentrée dedans tout de suite, j’ai ri, mon moral est remonté, j’ai aimé les blagues nulles et l’enthousiasme de Max, j’ai aimé aussi les moments plus intimes et les thématiques moins fun abordées, j’ai aimé que ça parle de genre et de sexualité avec détachement et justesse, bref : j’ai aimé.

J’ai trouvé tous ces personnages un peu têtes-à-claques, certes, Maxime le premier, mais je les ai aimé, avec une tendresse un peu paternaliste et un peu nostalgique, et les retrouver, ça a un peu été comme retrouver des vieux copains de lycée qu’on a pas vus depuis des années : on n’a plus grand chose en commun, on ne vit plus la même vie, mais on passe une heure ensemble et ça fait plaisir quand même de voir ce qu’ils sont devenus.

Peut-être que j’ai moins ri qu’à l’époque, peut-être que je me suis moins impliquée avec les personnages ; mais cette série reste toujours dans la liste de mes lectures feel good dans lesquelles j’ai plaisir à plonger et à me laisser porter, juste pour le plaisir de rire et de pas trop réfléchir. Alors, s’il y a un tome 5 ? Je signe !

Et puis, ce tome a réussi à répondre à une question existentielle qu’on se posait depuis quelques temps avec ma colocataire : qui boit de l’Ice Tea framboise ? La réponse est Maxime.

PS : pssst… si tu as aimé les aventures de Maxime, toi aussi, je te conseille comme ça en passant l’air de rien les histoires écrites par mes potes Aleksey et Kallisto, un peu dans le même genre…

Une réflexion sur “Comment maximiser (enfin) ses vacances, Anne Percin

  1. Pingback: C’est le premier, je balance tout ! #1 | Les Cheesecakes de Dolores

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s