Bilan de mes acquisitions musicales 2017

En 2017, j’ai acquis beaucoup plus de disques que les années passées. Je me suis donc dit que ce serait bien trop long de faire une vidéo alors voilà la présentation, sous forme d’article. (Si tu veux voir mes bilans 2015 et 2016, tu n’as qu’à cliquer.)

L’année dernière, j’ai donc ajouté 64 disques à ma collection, dont 5 45 tours, 4 EP, 7 CD, et 48 LP. Comme tu peux donc t’en douter, tout va bien dans ma vie, les disquaires m’aiment, mon banquier moins, et cet article va être très long.

P1270010

Yep. Ça fait tout ça.

Pour aider tout le monde (moi y compris) à s’y retrouver, j’ai subdivisé l’ensemble en catégories, et dans les catégories, les albums sont classés par ordre alphabétique. d’auteur (puis, lorsqu’il y a plusieurs albums d’un même artiste, par date de sortie), comme ça tout est plus simple (or is it?).

Pour l’amour du fun et de la beauté, j’ai rajouté la photo du disque en lui-même s’il est coloré (parce qu’il y a de sacrés cuties dans le tas).

Nouveautés 2017

Dans cette catégorie se trouvent les artistes que je connais et suis depuis de (plus ou moins) nombreuses années et qui ont sorti un nouvel album en 2017 (ou alors fin 2016 mais je l’ai acheté qu’en 2017), BREF, ici, c’est du NEUF, grand cru 2017 #rpz

51v1cpmskdl

J’attendais ce disque depuis que j’en ai entendu parler au printemps 2017. Rends-toi compte, il y a dessus rien de moins que Jack White, Rhiannon Giddens, Pokey LaFarge, Alabama Shakes, et ceci n’est qu’un échantillon (mais perso les deux premiers noms m’avaient convaincue). C’est un triple LP, qui revient sur l’histoire de la musique américaine, avec des artistes fabuleux. Je l’aime de tout mon coeur.

717hvdpNqGL._SY355_

Celui du dessus était celui qui avait le plus attiré mon coeur, mais celui-ci, la BO du documentaire, avec les chansons originales, me parlait aussi #passionmusiqueaméricaine. Et au final, les deux sont très proches dans le son et les émotions. Maintenant, ne me reste plus qu’à voir le documentaire lui-même ahah.

 

arcade-fire-everything-now

P1270024

 

 

 

 

 

Sans conteste l’un des disque que j’attendais le plus cette année : le grand retour d’Arcade Fire !!!!! Comme d’hab, je suis passée par un « wtf??? » aux premiers singles, qui s’est rapidement transformé en « ceci est la chose la plus fabuleuse du monde !!!!!! » Bon, je suis assez rapidement revenue dessus, je ne pense pas que ce soit leur meilleur, même s’il a quelques très bons titres, avec en tête les deux premiers singles, « Everything now » et « Creature Comfort ».

méhari-archimède

Cette année a aussi signé le retour de mes mayennais préférés (jk c’est ma mamie ma mayennaise préférée), avec un album qui m’a réconciliée avec eux après n’avoir qu’à moitié accroché au précédent (la malédiction du troisième album, tout ça). Ici ils retrouvent leur verve et leur bonne humeur, leur insolence et leur insouciance, et ça fait bien plaisir à entendre (et à voir).

barr_2

P1270027J’avais très hâte d’entendre du nouveau de la part des Barr Brothers, qui sont peu à peu montés dans mon estime et mon coeur depuis que je les ai découverts en 2014. Et même si je ne suis pas aussi convaincue par l’intégralité de l’album que j’aurais aimé l’être, il possède pas moins de deux chansons que j’estime parfaites, c’est-à-dire que je les ressens au creux de mon ventre et que j’ai envie de m’y blottir, et croyez-moi c’est déjà immense. (Le fun fact ? ce disque est exactement de la même couleur que celui d’Arcade Fire. Vous croyez que les artistes canadiens ont eu une réduction sur ce bleu ?)

MI0004195255Rhiannon the goddess Giddens revient aussi parmi nous cette année, avec un album plus personnel, plus engagé, et encore meilleur que le précédent. je n’étais que joie quand j’ai vu qu’il contenait « Come love come », chanson qui me hantait depuis que je l’avais entendue la chanter en concert un an plus tôt. Le reste est tout aussi excellent, et ne fait que prouver ce que je savais déjà sur elle : c’est une artiste qui mérite le monde.

The_Kills_-_Echo_Home_-_Non-Electric_EP

lbh je suis prête à acheter n’importe quoi fait par les Kills, donc forcément cet EP acoustique n’a pas échappé à la règle. Aliso et Jaime sont (et resteront probablement à tout jamais) ma bromance préférée du rock, une telle alchimie ça s’invente pas. En bref, toujours aussi talentueux, toujours aussi sexy, et la voix éraillée d’Alison marche excessivement bien en acoustique (comme partout ailleurs soyons honnêtes).

lamomali-3596973456922_0

La dernière expérience de -M- : j’aime cet artiste depuis longtemps, pour son talent de guitariste et de showman et sa capacité à se renouveler à chaque album. Celui-ci a été a long time coming, si on écoute bien les derniers, et arirve pas tout à fait comme une surprise mais définitivement comme un souffle d’air frais. Construit autour des sonorités africaines, -M- lui-même s’y place presque comme un invité, un coordinateur, mettant tous les autres à l’honneur.

1packshot

Ah, Laura Marling ! J’étais hyper hypée par cet album, parce que 1) c’est une de mes artistes préférées 2) elle allait parler de féminité 3) jusque-là je trouvais chacun de ses albums meilleur que le précédent. Sauf que ici, je n’ai trouvé qu’un bon album, là où je m’attendais à un truc extraordinaire. Il est beau, il est agréable, j’aime bien l’écouter de temps en temps, mais il n’a pas la subtilité et la profondeur que pouvaient avoir Once I was an eagle ou Short movie.

500x500

Je craignais que, après dix ans d’absence, la créativité de Matmatah se soit émoussée, que leur musique ne me parle plus autant, de me retrouver face à une musique au goût de réchauffé, mais que nenni. Je n’ai pas le même enthousiasme pour cet album que j’ai pu avoir pour La Cerise, par exemple, mais il a quand même quelques très bonnes chansons, et j’y ai retrouvé le Matmatah que j’aimais, celui qui me touchait et m’amusait. C’est toujours eux, toujours la même verve, et surtout, ils sont de retour.

01-82829

Malgré la déception de leur troisième album (et grâce à la réussite de Johannesburg), je suis toujours trash pour quoi que Mumford & Sons sort, et ce cd-dvd-docu live ne fait pas exception. Ils otn vraiment une belle énergie en concert, et des chansons comme « Dust Bowl Dance » ou « There will be time » éclipsent le côté plus meh des chansons de Wilder Mind. Et puis, vraiment, j’adore les documentaires musicaux : les suivre dans l’enregistrement de Johannesburg était vraiment intéressant. Bon, overall, je l’ai beaucoup moins écouté que le Live at Red Rocks, mais je blâme en partie mon lecteur CD récalcitrant (et en partie tous les autres albums de cette liste).

a4192287913_10

P1270020

 

 

 

 

 

Groupe découvert en première partie de Kate Nash en 2013, j’avais aimé l’énergie de ces trois filles vindicatives et acheté leur EP. Quand cette année, elle sont revenues en tournée avec leur dernier album (techniquement sorti à l’été 2016) (mais chut), évidemment que je l’ai acheté. Pour supporté un groupe féminin autoproduit, parce que j’aime toujours autant leur énergie et leur féminisme, et puis parce que c’est un très chouette groupe de rock. (Et puis #désopasdéso mais des groups qui vendent leur LP coloré à 15* AVEC LES PAROLES DEDANS il y en a pas beaucoup et ça mérite d’être signalé.)

R-9498499-1481626666-8337.jpeg

P1270014J’ai aussi acheté ce single, parce que… il est rouge. Et elles méritent mon argent. Et la chanson titre n’est pas sur l’album. Écoute j’aime beaucoup trop acheter des disques ne me juge pas ok ?

 

Découvertes 2017

J’ai découvert ces artistes cette année (principalement en concerts), et je les ai tellement aimés que j’ai voulu leur donner mon argent, en achetant leurs productions plus ou moins récentes.

2013JohnnyFlynn_CountryMile270913

je suis allée le voir en concert à l’aveuglette, après plusieurs années à entendre son nom associé à des gens comme Laura Marling ou Mumford & Sons (et l’avoir vu dans la série Lovesick) (que je te conseille au passage). J’ai été séduite et j’ai acheté cet album, que je trouve très mystique britannique, si tu vois ce que je veux dire. Dedans j’y entends la pluie, les pubs, les collines verdoyantes, et toute la folie et la retenue britannique. C’est doux et joyeux, triste et optimiste, c’est de la folk anglaise comme je les aime.

71iV1ST3JBL._SY355_

Découvert en première partie de All them witches, un duo mixte de blues-rock qui envoie des grosses guitares et de la batterie énergique, avec une voix limite criarde, ce groupe est un de mes coups de coeur de l’année. L’album hésite entre le hard-rock et le blues, faisant parfois les deux à la fois,ce qui m’incite parfois à le placer dans la digne lignée des White Stripes. Je place beaucoup d’espoir dans ce groupe (et ils passent en concert gratuit à Paris le 28 février jdcjdr).

TMR202-shovelsandrope-500

C’est rigolo parce que ce single de Shovels & Rope est le dernier que j’ai acheté d’eux mais le premier dans cette liste. Groupe découvert en concert grâce à la newsletter de Fargo Vinyl Shop, j’ai eu un coup de coeur quasi instantané pour ce due de folk-rock-bluegrass. Et ils ont sorti un single chez TMR a while back. Il ne m’en fallait pas plus. (L’essentiel à retenir de cet article est que j’aime acheter des disques et la plupart du temps il ne me faut pas grand chose de plus comme argument.)

Busted-Jukebox-V1-Cover-570x570

P1270019Compil de reprise sur laquelle Shovels & Rope invitent leurs copains, c’est beau, c’est doux, c’est motivant, c’est JAUNE et sérieusement je suis fan des albums où la couleur du disque va avec celle de la pochette, ça remplit de joie mon petit coeur d’esthète (spoiler : je ne suis pas du tout une esthète) (mais j’aime les couleurs). Le volume 2 sort cette année et il est ROSE, alors je te laisse imaginer la HÂTE que j’ai de le tenir dans mes mains.

Print

P1270018Le dernier album en date de Shovels & Rope, qui alterne entre balades mélancoliques (coeur coeur « Saint Anne’s Parade ») et et rock enthousiasme (coeur coeur « Invisible Man »), c’est un disque personnel, intime, avec beaucoup de coeur et de générosité. Et, moi qui aime les instruments à corde, je suis comblée avec toutes ces guitares et mandolines. Ce groupe fait une fois de plus grandir mon amour pour les duos (surtout les mixtes) plus ou moins rock, et c’est sans conteste une de mes meilleures découvertes musicales de 2017.

8693a1edc321169ba577b6ea8bcff7f1.1000x1000x1

P1270025

 

 

 

 

 

Des années que St Vincent orbite autour de ma vie sans jamais y rentrer, alors cette année j’ai pris le taureau par les cornes pour aller la voir en concert (une expérience troublante, très différente des concerts dont j’ai l’habitude), et j’ai acheté son dernier album. Je ne sais toujours pas si je suis fan, mais je sais que j’aime et je respecte son travail. Ma préférence va à ses chansons moins pop, plus intimes, comme « Happy birthday Johnny », même si d’autres, comme « Pills », m’ont séduites par leur extravagance.

tmr288_wt_550

 

Découvert lors du vault package de décembre 2016, j’avais été séduite par le doux rythme de sa guitare et ses envolées. Sur ce live, j’aime les anecdotes qu’il raconte et j’aime toujours l’aspect apaisant de sa musique, mais je préférais quand même l’autre version, avec la batterie, que je trouvais plus profonde et dynamique.

a1633447232_10

J’avais flashé sur ce groupe dans la bande annonce des Hateful Eight, et je gardais un oeil sur eux depuis. J’ai donc profité de leur passage en France pour acheter leurs deux CD. Celui-ci regroupe cinq chansons originales et cinq covers, et j’adore l’accent redneck du chanteur, le blues-rock de leur musique, leur énergie et leur tension. C’est exactement le type de son que j’adore.

400x40000bb

Leur premier album. Mêmes sonorités que le précédent, mêmes raisons qui me font les aimer… et mêmes raisons qui me font rester sceptique : j’adore leur musique, mais pour moi elle n’a rien de nouveau, rien qui ne me fasse me dire « wow je n’ai jamais entendu ça avant ». Ça a tout ce que j’aime, et c’est précisément pour ça que je ne suis pas à 100% convaincue. Néanmoins, je compte bien continuer à suivre leur carrière.

 

Record Store Day et Black Friday

Mi-avril et fin novembre ont respectivement lieu le Record Store Day et le Black Friday, à l’occasion desquels les artistes et labels sortent des albums en édition limitée, disponibles uniquement chez les disquaires indépendants. C’est l’occasion d’acquérir des albums un peu rares, ou jamais publiés, ou alors des éditions colorées, bref, c’est un bon moment pour les amateurs de musique et les disquaires. Cette année, j’ai acheté quatre disques au RSD et un seul au Black Friday, mais je suis très heureuse de mes acquisitions (no shit).

s-l300

Cet EP de Pokey Lafarge m’a donné très envie d’acheter son dernier album (ce que je n’ai pas fait) (mais il passe en concert début mars je le ferai à ce moment-là) (SI JE PEUX) (voir plus loin dans l’article pour cette anecdote) : deux chansons dynamiques, qui sont à la fois très proches de ce qu’il avait fait jusque-là, et à la fois plus fraîches, plus modernes, plus énergiques. En tout cas, ça m’a beaucoup enthousiasmée !

CS646324-01A-BIG

P1270026

 

 

 

 

 

Autant j’ai été un peu déçue par son dernier album, autant ce live m’a apporté tout ce que j’attends de Laura : son talent fou à la guitare, sa voix vaguement éraillée, et certaines de mes chansons préférées, et le tout en live. Que demander de plus ? En plus c’était LE disque que je voulais ce RSD, donc le trouver ne m’a apporté que de la joie.

lou-reed

Sous cette photo légèrement creepy (essaye de l’imaginer en 30×30) se cache un live de Lou Reed à la fois doux, amer, agressif et détaché, tout en simplicité et en subtilité. Quelques unes de mes chansons préférées dessus, comme « The Kids » ou « Kicks ». L’ensemble est un peu déprimant (tu as déjà écouté « The Kids » ? ahahahahahahahah), mais très beau, et a l’avantage de ne pas finir sur une note trop négative.

Special-Rider-Blues-Original-1940-1942-Miiippi

J’ai profité des sorties du RSD pour enrichir ma culture blues avec cet artiste que j’entends Jack (et d’autres) citer à tout bout de champ. Je ne l’ai pas énormément écouté, parce que finalement je crois que je préfère le blues-rock au blues épuré, même si je suis très contente de l’avoir dans ma collection et d’étendre un peu plus mes connaissances dans le domaine.

R-10159425-1492652283-2315.jpeg

P1270016J’ai acheté ce disque uniquement parce que, quelques jours plus tôt, mon beau-père m’avait donné un autre disque de Zappa en me disant « tu verras c’est bien ». Et oh well, je l’avais pas encore écouté mais celui-ci était présent, transparent (et un vrai transparent, contrairement à, par exemple, celui de Laura qui est plus trouble), pas trop cher et j’avais pas encore atteint mon budget maximum. (Si tu n’avais pas encore compris que j’achète des disques for the sake of it des fois, voilà une preuve de plus.)

52006

P1270015Souviens-toi, plus haut je disais que j’achetais n’importe quoi des Kills : voilà un exemple supplémentaire. Oui, j’ai acheté cet EP pour UNE chanson. Et parce qu’il est rouge.

 

Vault Packages

J’ai atteint ce point de ma vie où j’ai cessé de me voiler la face et accepté que oui, je donnais tout mon argent à Jack White sans aucun remord. Du coup, cette année, j’ai commandé trois vault packages, tous plus beaux les uns que les autres (surtout le #33), et au niveau de la qualité je suis ra-vie #fangirlforeverandever

Vault32-webmockup-Retina-1100

Les Dead Weather étant le groupe de Jack avec lequel j’ai le moins d’affinités, je ne pensais pas l’écouter et l’aimer autant : et pourtant. Une ambiance sombre et poisseuse, bluesy et crade, quelque chose qui colle à la peau et aux oreilles, presque hypnotique. Et puis, il y a toute une face dédiée à « Will there be enough water? » et une version de « You know you just can’t win », et honnêtement certains jours ça suffit à mon bonheur.

Vault33-webmockup-Retina

J’avais déjà le CD de Icky Thump, mais je n’ai pas pu résister à cette magnifique édition enrichie de démos et de B-sides. Est-ce que c’est l’une des plus belles choses que j’ai jamais vues ? Oui. Est-ce que les White Stripes me font toujours pleurer ? Oui.

DM7KMdUU8AAwB3U

Trois lives des White Stripes ? Dont un avec l’intégrale de White Blood Cells ? et un autre enregistré le jour de mon anniversaire (de 9 ans mais chut) ? Oui, trois fois oui. À ce stade, je vais directement demander à mes clients de donner l’argent à Jack White, ce sera plus simple.

 

The family business

L’an dernier, à Noël, mon beau-père m’a offert toute sa collection de vinyles, qui date de son adolescence, avec beaucoup de titres des années 1960 à 1980 (plus ou moins). Un cadeau incroyable, dans lequel je pioche petit à petit (enfin, disons que je le laisse piocher pour moi en lui disant « fais-moi une sélection de disques d’hiver/d’été/de motivation/whatevs »), et qui me permet de découvrir à mon rythme l’histoire de la musique. Il y en a certains dans le tas que je n’ai pas écoutés, ou quasiment pas, mais je préfère prendre mon temps.

R-1891616-1452716082-6806.jpeg

Je n’ai pas encore beaucoup écouté cet album, mais il a une vibe folk à la Neil Young que j’aime bien. Mais pour l’instant il attend son heure, sur cette étagère-des-disques-qui-attendent-leur-heure, quand je serai à même de l’apprécier à sa juste valeur.

 

 

kate_never_for_ever

L’an dernier j’avais acheté sur une brocante le single « Babooshka » de Kate Bush, et ça avait été un coup de coeur. Aussi je n’ai pas résisté en voyant ce disque et outch, la claque. Il est intense, prenant, vaguement perturbant mais surtout très très bien fait. D’habitude je suis du genre à écouter les albums en boucle, mais avec certains, dont celui-là, j’évite, parce qu’il demande beaucoup d’implication à l’écoute et j’ai pas forcément l’énergie en moi pour ça ahah. En tout cas j’ai très envie d’explorer le reste de la discographie de cette artiste, parce que si c’est aussi bien je signe de suite.

Cover_-_troubadour

Encore un disque pas trop écouté, qui traîne sur mon étagère-des-disques-qui-attendent-leur-heure. De mémoire, il est plutôt positif –mon beau-père me l’avait vendu comme un disque d’été, mais va savoir pourquoi cet été il me l’a pas fait. Il faudra que je réessaye en hiver, on sait jamais.

 

1150185ff824704313a02554b967d538.1000x1000x1

Les chansons de cet album sont à peu près aussi heureuses que Leonard Cohen sur cette photo, mais avec quelque chose d’envoûtant. Coup de coeur de mon côté pour « Stranger », mais bon, si j’écoute ce disque une journée d’hiver pluvieuse, ça va pas améliorer mon humeur. Le fun fact : à l’arrière il y a, randomly, les paroles de deux des chansons de l’album. Et c’est tout. Les autres peuvent aller se faire cuire un oeuf apparemment.

R-382417-1290697679.jpeg

Cet album commence bien, avec « So far away », « Money for nothing » et « Walk of life », et puis à un moment on sait pas trop quand ça dégénère et on termine en larmes sur « Brothers in arms ». Pas merci Dire Straits. Non, bon, en vrai, c’est mon deuxième préféré d’eux pour l’instant après Love over Gold, à la fois pour l’énergie des premiers titre et l’émotion du dernier.

 

R-1484433-1391057946-3649.jpeg

Cet album fleure bon les années 1970, et les drôles de chansons pop (si tu te demande de quoi parle « Intergalactic laxative », sache que tout est dans le titre) y côtoient des titres plus graves ou plus sexy, et parfois les trois se mélangent. Le tout est empli d’humour et de légèreté, mais on sent distinctement quelque chose de plus sérieux sous la surface, et l’impression générale est celle de marcher sur un fil – ce qu’il fait avec talent et succès.

fleetwood-mac-rumours_sq-11b0b64b5817a55faed7c89d205d46f1d9afcf45-s900-c85

Un des disques préférés de ma maman, et un classique que je découvre avec un million d’années de retard #mymotto. J’avais déjà des CD de Fleetwood Mac, et je les trouvais sympas mais sans plus, mais avec celui-là, j’ai vraiment été séduite. C’était un disque parfait pour cet été, dansant et touchant à la fois, et maintenant je me dis qu’il faudrait que je réécoute ceux que j’ai déjà.

R-1764412-1315415551.jpeg

Un album instrumental avec deux faces assez différentes : une qui a un côté très musique indienne, et l’autre plus blues. Un des disques préférés de mon beau-père, avec une ambiance particulière, à la fois apaisante et intense. Et une grande qualité musicale.

 

MANFRED_MANN_WATCH-236766

Pour moi, cet album représente parfaitement les années 1970 : après une première face enregistrée en studio, on a une face B qui commence sur une chanson live, continue sur une chanson studio, et se finit sur une autre chanson live. Whatever, les gars, on juge pas. Moi je préfère la face B en tout cas, je la trouve plus dynamique, et c’est un disque d’été que j’ai beaucoup écouté en automne #moietlessaisons #javaisbesoindesoleil #onjugepasjaidit

R-1459278-1331720758.jpeg

Je n’ai. Jamais. Écouté. Cet album. Et, à vrai dire, je suis surprise que ce soit le seul sur cette liste, je pensais qu’il y en aurait plus que ça. Mais le fait est là : je l’ai, sur mon étagère-des-disques-qui-attendent-leur-heure, des fois je le regarde, et je me dis « non, pas aujourd’hui ».
Ce serait bien que ce soit aujourd’hui, un jour. PROMIS EN 2018.

Lou_Reed_Berlin

Ahahahahahah ce disque est magnifique mais il est aussi la dépression (pour tout te dire, je l’ai rangé à côté de Leonard Cohen). Du genre à te plomber l’ambiance bien correctement (pour tout te dire la dernier chansons s’appelle « Sad Song », ça veut tout dire), surtout un jour pluvieux d’hiver. Mais tellement beau et poignant ! Je ne me suis pas encore remise de la chanson « The Bed », et « Sad Song », avec un orchestre derrière, est à la fois extatique et déprimante au possible.

R-1348183-1273502433.jpeg

Je n’ai écouté cet album qu’une fois, et pour cause : c’est un album d’hiver, mais un album triste d’hiver. Et moi l’hiver, j’aime bien la folk, j’aime bien la musique douce, cocon, qui me crie pas trop dessus, mais justement, j’aime bien quand elle m’enveloppe, cette musique, qu’elle crée une bulle protectrice autour de moi et me protège du froid. Et ce disque-là, il me parle du froid,et désolée mais avec mes deux paires de chaussettes, mes trois pulls et mes mitaines, j’ai pas besoin de ça (même si je possède les chaussons les plus fabuleux du monde).

R-947850-1275637140.jpeg

Un album du soir (vois comment je qualifie tous mes disques par une saison/un moment de la journée) : jazzy, suave, c’est le disque à écouter au coin du feu en rentrant chez toi pour te détendre après une journée de boulot. Bon, perso je suis toujours chez moi et j’ai pas de cheminée, mais pour écouter le soir une fois que j’ai fermé ma boîte mail et que j’essaye d’écrire/de faire des trucs constructifs/de pas trop me perdre sur les internets, c’est parfait en fond sonore avec une tisane (ou un chocolat) (plutôt un chocolat d’ailleurs).

Santana 1969 album cover

À chaque fois que je regarde cette pochette je découvre des trucs nouveaux dans l’illustration. Quand mon beau-père me l’a donné, il m’a dit « c’est le premier album de Santana, et il a un truc que les autres n’ont pas », ce à quoi j’ai répondu « comme tous les premiers albums », et il a approuvé. Je n’ai pas écouté les autres albums de Santana pour le confirmer, mais je compte bien le faire.

R-1406855-1245429554.jpeg

Cet album est un album d’été, que j’ai écouté dans le noir, en plein mois d’août, avec un foulard mouillé sur les épaules en regrettant de ne pas avoir de ventilateur. Sous sa pochette au design incroyable se trouve un recueil de chansons pop, dansante, un peu droguée probablement (c’était les années 1970), très west coast, parfait pour un road trip (que j’ai donc fait sur ma chaise de bureau).

R-579392-1151781228.jpeg

Ce disque est incroyable parce que la pochette est imprimée à l’intérieur, avec le même design que l’intérieur du parasol. (Je me réjouis facilement). En vrai, il sonne un peu comme cette plage déserte, ces chaises-longues abandonnées et ce ciel gris : comme une journée d’été qui aurait dû être HYPER HYPE mais en fait tout est vaguement parti à vau-l’eau du coup on a l’impression d’avoir raté la perfection de ça et il reste un goût amer d’inachevé dans la bouche. Et ce goût amer, c’est ce que racontent ces chansons.

R-1259018-1204391605.jpeg

On m’aurait fait écouter Frank Zappa il y a, je sais pas, trois ans, j’aurais probablement dit « urg trop bizarre non merci ». Heureusement, depuis j’ai évolué et je trouve ça incroyable, bien que très intense (un peu comme Kate Bush dont je parlais plus haut, mais dans un genre différent). La moi d’il y a trois ans serait définitivement passée à côté de quelque chose.

4677a3b6edf02979296fb82d40c19984.1000x1000x1

J’aime encore plus ce live que les albums studio présentés plus haut : probablement parce que Frank Zappa y fait la causette et que j’adore sa voix et j’adore qu’on me raconte des histoires. J’aime aussi l’énergie, les chansons qui s’éternisent, les guitares qui partent dans tout les sens, bref, j’aime Frank Zappa.

 

Je complète ma collec

Ici se trouvent des artistes sont j’ai déjà des albums, que je suis depuis un temps plus ou moins lointain, mais dont j’acquiers l’oeuvre petit à petit.

Trafalgar

Je possédais déjà cet album en CD dédicacé, mais oh well, j’étais à leur concert, il était pas cher, il y avait trois chansons bonus dessus, je pouvais leur faire signer : comprends bien que je n’ai pas hésité très longtemps et que je me sens maintenant un peu plus comblée qu’avant. En vrai cet album est sûrement mon préféré d’eux, à la fois plus mature que le premier tout en gardant sa fraîcheur et son insolence, deux qualités que j’aime tant chez Archimède.

6975_150

Je t’entends déjà crier au escandalo : quoi comment je n’avais pas acheté cet album dès sa sortie ? Écoute j’avais pas trop de sous et j’ai déjà exprimé mon amour plus limité (quoi que toujours énorme) pour les Dead Weather par rapport aux autres groupes de Jack White. Mais j’ai rattrapé cet erreur avec cet album à la hauteur de ce que ce groupe est capable de faire, toujours aussi borderline, toujours aussi intense, toujours aussi explosif.

pokey-lafarge-couv-585

P1270023

 

 

 

 

 

J’avais voulu acheter cet album lors de la dernière tournée de Pokey Lafarge, mais le dernier exemplaire m’était passé sous le nez au stand de merch. À la place, j’avais eu droit à une anecdote sur les bananes de la part de Pokey himself (ce qui était tout aussi bien). Mais du coup j’ai rattrapé ça cette année (il me manque toujours le dernier néanmoins) (je compte sur le concert de février) et, même si le sticker sur la pochette me promettait un disque rose-orangé et que, comme tu peux le voir, ce n’est pas le cas, musicalement il reste très chouette. Pas un artiste que j’écoute énormément, mais je suis néanmoins certaine de ne pas être déçue avec lui.

LauraMarlingPR20211

Avais-je besoin de ce 45 tours ? Non. Est-ce que je regrette de l’avoir acheté ? Non plus. Laura Marling chez Third Man Records, c’est un peu un rêve devenu réalité (oui je sais il a plusieurs années), et une addition bienvenue à ma collection.

 

 

The_SPACE_Tour

Après avoir découvert Starkid l’an dernier et développé une obsession pour eux, début 2017 ma colocataire et moi avons passé une commande groupée chez eux pour enfin posséder leurs oeuvres. Cette pépite regroupe non seulement une version complète de « Ready to go », mais aussi la reprise de « Kick it up a notch », sans compter une version plus sympa de « Status Quo ». #passionstarkid

Apocalyptour

La tournée suivante, avec d’autres highlights, comme le « Rogue Medley » ou « Super Friends », et surtout, on sent qu’ils ont progressé en chant. Le seul truc nul avec ces albums, c’est que ce sont des CDs, et que oui, mon lecteur CD ne marche plus. #passionstarkid.

 

jw_muppets_frontcover_800

J’ai eu l’occasion d’acheter ce 45 tours dans sa version vert transparent du black friday de 2016, mais non, j’ai préféré attendre et avoir la version noire #jppdemoi. Oh well, c’est Jack, je l’ai acheté pour faire l’appoint auprès du disquaire et, comme tous mes 45 tours, je ne le sortirai qu’une fois tous les 36 du mois. Qu’est-ce que tu veux que je te dise #ihaveissues

 

Cadeaux

Des fois les gens m’aiment et m’offrent de la musique. Des fois.

41pjo82DHUL

Ma copine Fiona m’avait offert ceci pour Noël 2016, mais comme je ne l’avais pas écouté à temps pour mon top 2016, il se retrouve ici cette année. J’aime Dire Straits, j’en ai déjà parlé plus haut, mais celui-ci me touche moins que d’autres de leurs albums. Néanmoins, mon côté #collectionneuse est ravi de le posséder #thisismine

 

U2-Songs-Of-Experience-cover

Je n’ai jamais pris le temps de me plonger dans la musique de U2 (à part les incontournables que tout le monde connaît), du coup ce CD reçu à Noël me donnera l’occasion de le faire un peu plus en profondeur et de faire un peu mieux semblant de savoir de quoi je parle.

 

prod1598secc9_g1

Pour Noël, ma maman m’a offert une place pour aller voir Le Barbier de Séville à l’opéra, et le CD qui va avec pour me préparer. Comme je n’y connais rien à l’opéra, ce sera l’occasion de combler un peu mes lacunes (et de vivre autre chose qu’un concert de rock ahah) (moi qui voulais sortir de ma zone de confort à ce niveau-là, c’est parfait).

 

Et pour 2018 ?

Pour cette année, tu t’en doutes, j’ai déjà l’oeil sur des nouveautés à venir, ou sur des groupes qui peuvent potentiellement sortir quelque chose de nouveau. Voici, dans une liste probablement non exhaustive, les albums que j’attends en 2018.

  • Franz Ferdinand, Always Ascending (précommandé) (déso on m’agite un vinyle coloré sous le nez comment veux-tu que je résiste) (oui j’ai aussi ma place de concert)
  • The Fratellis, In your own sweet time (précommandé) (encore le truc du vinyle coloré, tout ça) (à quand la tournée européenne ?)
  • Kate Nash, titre inconnu (précommandé) (en vrai j’avais participé à son kickstarter l’an dernier donc maintenant j’attends de voir le résultat) (enfin d’entendre) (quel humour)
  • Ben Miller Band, Choke Cherry Tree (J’attends toujours que ce groupe inclue la France dans ses tournées européennes jdcjdr)
  • Shovels & Rope, Busted Jukebox volume 2 (le premier était jaune, excessivement sexy et merveilleusement génial. La hype pour ce volume 2 est donc immense.)
  • Leyla McCalla, Capitalist Blues (une de mes artistes préférées découverte ces dernières années, extrêmement talentueuse et généreuse.)
  • The Summer Rebellion, In a field of red (je suis pas certaine du titre mais je suis par contre sûre que mon groupe de hard-musette préféré revient cette année)
  • JACK WHITE JACK WHITE JACK WHITE, Boarding House Reach (JE SUIS SI HEUREUSE QU’IL FASSE SON RETOUR) (même si tbh j’ai peu que cet album me déçoive, comme Lazaretto) (ma première réflexion en entendant le début de « Connected by love » a été « oh no ») (mais maintenant je suis obsédée par cette chanson) (et je dois admettre que j’aime beaucoup « Respect Commander ») (anyway le 23 mars est bien trop loin jpp d’attendre)
  • Blood Red Shoes (ils partent en tournée US avec The Fratellis (faites la même chose ici svp), et leur dernier album date de 2014. Je peux raisonnablement espérer, non ?)
  • Mumford & Sons (Wilder Minds date de 2015 et il n’avait aucun intérêt, il serait temps qu’ils reviennent sur le droit chemin et ressortent un album à la hauteur de leur talent, non ? non ??????????)

2 réflexions sur “Bilan de mes acquisitions musicales 2017

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s