C’est le premier, je balance tout ! #8

Oh my time flies, février vient tout juste de commencer et déjà nous sommes en mars. D’un côté, j’ai l’impression que ce mois est passé hyper vite, et de l’autre, celui d’avoir fait des millions de choses. on va donc éclaircir un peu tout ça dans ce rendez-vous initié par Lupiot, avec dedans :

  1. Le Top & Flop de ce que j’ai lu le mois dernier
  2. Au moins 1 chronique d’ailleurs lue le mois dernier
  3. Au moins 1 lien qui m’a fait « Wahou » le mois dernier (hors chronique littéraire)
  4. Et enfin : ce que j’ai fait de mieux le mois dernier

Et comme la musique c’est #mapassion, j’ai décidé d’ajouter une cinquième rubrique :

5. Ce que j’ai écouté le mois dernier.

aligif6

I want to get out see the great big world out there

1. Top et Flop.

Ce mois-ci, j’ai lu… oh my. Je crois que c’est mon mois le plus productif au moins depuis que j’ai commencé ce blog, VOIRE BIEN PLUS. (Je tiens un peu à mettre ça sur le dos de la médiathèque et de son syndrome « C’EST GRATUIT » qui me pousse à empiler les livres dans mes bras jusqu’à la limite) (Aussi, ça se voit que j’ai pas été submergée de boulot, hein ?) (j’ai bien fait d’en profiter ça va changer ahahahahahahahah)

Les romans / recueils

 

Les bédés

 

Ce qui nous fait donc 9 romans/recueils et 20 BDs #vivelamédiathèque. (FYI : pour les bédés, je ne mets que le dernier tome lu si j’en ai lu plusieurs, et en-dessous se trouvent les tomes lus.) Si tu as l’oeil habile, tu remarqueras sûrement, en plus de l’habituelle thématique western (avec une petite sous-thématique « marchons sur les peuples indigènes »), des mini-thématiques « vive la révolution d’octobre ! », « les boloss des légendes arthuriennes » et « Je sais que c’est interdit d’aller au Tibet mais j’y vais quand même » : elles ne sont absolument pas voulues, je pioche juste aléatoirement dans les bacs de la médiathèque en fonction des titres/couvertures qui m’inspirent et là c’est tombé comme ça. Oh, et un seul policier, ce mois-ci : c’est comme ça, je peux pas lire que ça non plus.

 

tumblr_mjw0jpYrqF1qf95jfo5_250

Top

Option On ne change pas une équipe qui gagne

  • La suite (et fin) de la relecture de la série Malaussène est toujours un plaisir : le style, l’humour, les personnages, tout est là (je vais pas me répater des précédents c’est le premier), et j’ai redécouvert avec grande joie cette série… tellement que tu risques de voir un article là-dessus paraître prochainement jdcjdr. J’ai aussi commandé le petit dernier à la librairie, histoire de bien enchaîner.
  • Fan de À la croisée des mondes jusqu’au bout des ongles, je me suis jetée sur l’adaptation BD à la médiathèque et j’ai replongé avec plaisir dans l’histoire. Même si les dessins ne représentaient pas exactement les lieux et personnages comme je les imagine dedans ma tête, redécouvrir l’histoire d’une autre manière a réchauffé mon petit coeur.

 

Option Du western toujours du western

  • Je m’étais déjà étendue sur Undertaker le mois dernier, et le tome 4 découvert dans les tréfonds de la médiathèque (non en fait à la vue de tous sur l’étal des nouveautés) confirme mon amour pour cette série. J’avais déjà dit que je voulais la suite la dernière fois ? Je le redis. J’ai envie de voir ce que la vie le scénariste réserve à ce simili-Cullen Bohannon (j’ai aussi très envie de revoir Hell on Wheels, puisque tu en parles, tiens).
  • Forcément, une couverture comme celle de L’Odeur des garçons affamés ne pouvait que m’attirer. Mais bon, tu sais ce qu’on dit de mon rapport au western : souvent intriguée, rarement séduite (je t’assure qu’on dit vraiment ça). Et là, je dois t’avouer que, malgré (ou à cause de ?) son côté borderline conte/réalisme magique, j’ai vraiment aimé cette BD. Je ne suis pas sûre d’avoir tout compris à la fin (même si j’ai mon explication dedans ma tête), mais le découpage, les couleurs, les thématiques, ça a remué quelques chose en moi sans que je puisse vraiment l’expliquer. Je veux dire, d’habitude, ce que j’aime dans le western, ce que je préfère, c’est quand il est terre-à-terre, crade, poussiéreux, ancré dans la réalité et que la grande histoire n’est qu’un prétexte pour raconter la petite et où l’épique n’est qu’une illusion. Ici, rien de tout ça : on est dans le fantastique, dans le conte, comme je disais, sans pour autant tomber dans le lyrisme, et cela crée une poésie brute et brutale tout en mettant de la distance avec l’histoire, je ne sais pas trop comment t’expliquer mais c’est très beau tout en étant très abrupt et wow, je pense encore à ce bouquin alors que ça fait un mois que je l’ai fini.

 

Option C’est dans les vieux fourneaux qu’on fait les meilleurs soupes (tu l’as ?) (*winkwink*)

  • Des années que mes parents parlent de la BD Les Vieux Fourneaux et la prêtent à tout vent, et jamais encore je l’avais ouverte. C’est maintenant chose faite, et je comprends leur enthousiasme ! C’est drôle, impertinent, tout en étant fin et profondément humain, et c’était aussi très chouette d’échanger avec eux sur nos passages préférés au-dessus d’une soupe au pistou.
  • J’avais reçu Les Derniers Hommes à un Noël il y a de ça quelques éternités, et je l’avais encore jamais ouvert parce que, vu sa couverture, j’avais peur de tomber sur un truc limite horrifique (et je suis une chochotte). Mais en fait, pas du tout : c’est une dystopie, avec quelques passages pas très jojos, mais rien de bien méchant. Et c’était même bien mieux que ce que j’attendais parce que, tu vois, je le mets dans mon top. Je me suis prise d’affection pour les personnages, j’ai aimé leur fragilité et leurs revirements, et j’ai surtout aimé que, à chaque fois que je voyais un écueil s’annoncer dans la narration, l’auteur arrivait à le contourner et/ou le retourner, ce qui fait que j’ai été agréablement surprise par l’ensemble. Mon petit regret est, comme d’hab, sur les personnages féminins, qui ont un peu trop tendance à rentrer dans la case femme/mère/amante et à ne servir que d’aide pour les persos masculins à comprendre des trucs sur eux et sur la vie.
  • Un certain Cervantès, qui met en parallèle la vie d’un marginal américain et du fameux auteur de Don Quichotte, puis dudit personnage, et que j’ai ouvert sans trop savoir à quoi m’attendre. J’ai été prise d’une certaine tendresse pour le personnage, pour les vaste paysages monochromes, et pour ce parallèle, même si je l’ai parfois trouvé trop bavard et que j’aurais aimé plus de subtilité. Une très jolie découverte en tout cas, à laquelle je risque de repenser encore un moment.

 

tumblr_mjw0jpYrqF1qf95jfo4_250

Flop (coucou Flopsy long time no see)

Les neuneus de la table ronde

En vrai, j’aime bien la légende arthurienne, même si j’y connais pas grand-chose. J’ai adoré Kaamelott, j’ai lu et vu d’autres trucs qui m’ont bien plu, mais là, entre Perceval et Lancelot… j’ai fait une mauvaise pioche. Déjà c’est pas les deux chevaliers que j’aime le plus, je les trouve pas très funky, et puis là, les deux histoires les présentaient un peu comme des losers, des mecs qui auraient pu réussir mais qui se sont laissés aveugler par l’amour/whatever, du coup c’était un peu la dépression et je dois avouer que, en fait, je me suis ennuyée. Mais si tu aimes les chevaliers de la table ronde, je te conseille la version de ma copine Anda, et celle de ma copine Laure, qui ont au moins le mérite d’être fun.

Les faux cowboys

La quatrième de couverture d’Il était une fois dans l’Est vendait des personnages et aventures dignes du far west, mais chez les communistes, alors forcément j’avais été intriguée. Sauf que non, je ne me suis qu’ennuyée, comme pour les livres d’au-dessus.
En fait, pour te donner une idée de mon impression, je vais te raconter une histoire véridique : pendant les vacances de Noël, un soir qu’on était chez de la famille, la télé était allumée sans le son sur une rediffusion de Docteur Jivago, qui se passe justement chez les coco tiens donc. Ça avait l’air un peu chiant et, à un moment de la conversation, ma mère et moi nous sommes mises à inventer des dialogues, à base de bois pour le poêle et de chiens à vendre, et honnêtement, ça rendait le truc à peine plus passionnant.
Eh bien, devant ce livre, je me suis encore plus ennuyée que devant cet extrait de Docteur Jivago. C’est dire.

 

2. Chroniques d’ailleurs

À la surprise générale (non) on va causer western par ici, avec deux chroniques. tout d’abord, celle d’Éléonore sur Dernière saison dans les rocheuses, qui tombe précisément dans le genre de westerns que j’aime lire (quoi que, après Butcher’s Crossing  et sa chasse aux bisons qui m’a limite foutu la nausée, je suis un peu plus prudente ahah). Et ensuite, un bouquin dont j’avais déjà entendu parler somewhere at some point mais que j’avais oublié depuis #bravomoi, Frog music, chez les lubies d’Éole, qui parle d’une amitié féminine sur fond de far west : forcément, ça me parle.

 

3. Wahous d’ailleurs

Si tu te demandes si je vais (encore) parler de la galaxie Starkid, je ne laisse pas traîner le suspens plus longtemps : oui. Que veux-tu, ces gens ont beaucoup de ramifications et sont très prolifiques.

Tout d’abord, Ashley Clements, que tu connais peut-être grâce à The Lizzie Bennett Diaries ou à The solve it squad, a lancé un kickstarter pour financer la production d’une mini-série SF qu’elle a écrite, Sona. Bon, il est déjà réussi, et à l’heure actuelle il ne reste que deux ou trois jours, mais qui sait, tu peux avoir envie d’apporter ta pierre à l’édifice (en plus il y a Brendan Bradley dedans) (et Lauren Lopez).

Et puis, puisqu’on en parle, les Tin Can Brothers se sont ruinés avec Wayward Guide, du coup pour s’en remettre ils organisent des soldes sur leur merch… si tu as envie de les aider ET de te faire plaisir, c’est peut-être le moment ! (et puis, si t’habites en région parisienne, contacte-moi, on pourra rassembler les fdp) (ceci n’est pas une insulte).

Dans un toute autre domaine, j’ai repéré cette recette de tarte à la butternut chez Vingt et un degrés, du coup il y a de fortes chances que je la tente bientôt ! (mais sans le chèvre, parce que ma coloc n’aime pas #alas).

Sinon, j’en profite pour te parler des copains du Théâtre en bullant, dont j’ai vu la dernière pièce Conte-moi la nuit ce mois-ci, qui était d’une qualité tip top moumoute, et qui sont en train de préparer une adaptation de Médée pour la fin de l’année scolaire. Si tu aimes le théâtre de qualité, je te conseille de garder un oeil dessus.

Et puis, ce mois-ci est sorti le webzine de Génération Écriture, mon asso, sur la thématique du jeu de rôle (mais pas que). Avec dedans des conseils d’écriture et de lecture, bien sûr des articles sur le jeu de rôle, et plein d’autres trucs intéressants. Si tu ne connais pas encore ces webzines et que tu aimes écrire, je te les conseille (comment ça je suis pas objective ?)

 

4. Mission Log. Officer February of the Galactic League, Starship Ranger Corps

Oh boy, what a month. il a été si court et pourtant j’ai l’impression d’avoir fait des millions de choses : j’ai vu trois concerts, un opéra, une pièce de théâtre, fini un pull et deux paires de mitaines avant d’en commencer une troisième, passé du temps avec ma famille, appris que mon chat se tapait l’incruste chez les voisins #oklm, documenté la neige sous ma fenêtre, bossé, regardé des séries, fait plusieurs visites chez le disquaire et à la médiathèque… t’es sûr qu’il y avait que 28 jours ? Bref, laisse-moi te dégager les moments marquants.

Je suis devenue BFF avec Brad Barr ! Bon, peut-être pas tout à fait, mais laisse-moi rêver stp. Pour te résumer la chose : le 2 février, je suis allée voir les Barr Brothers en concert (trois ans et demi que j’attendais ça) (depuis leur dernier passage à la Flèche d’Or) (RIP la Flèche d’Or je ne me suis jamais vraiment remise de ta fermeture), dans l’une des salles les plus minuscules dans lesquelles j’ai jamais mis les pieds, avec une scène tout aussi minuscule (et laisse-moi te dire qu’avec six guitares une batterie un clavier un pedal steel et une contrebasse c’était convivial là-dessus). Le concert était top, ils m’ont tellement émue, ils étaient si fab, MAIS SURTOUT, après ça, je leur ai fait signer mes disques et j’ai discuté pendant une dizaine de minutes avec Brad Barr, le chanteur. On a parlé de storytelling, de Jack White, des premiers albums, de blues, et il était si gentil, c’était vraiment hyper méga génial ♥ Et comme je lui ai dit d’écouter Laura Marling, il m’a dit d’écouter Pavement, et fufufufu ça m’a vraiment boostée de discuter avec lui, je te jure mon blues hivernal s’est vraiment évaporé après ça ♥

Le 27 et le 28, j’ai enchaîné les concerts de Franz Ferdinand et Ghost Wolves, dans des ambiances totalement différentes. FF c’était le grand show, au zénith (que je n’aime toujours pas) (même si je dois avouer que tant de gens ça dégage une belle énergie), j’ai sauté j’ai chanté (j’ai des courbatures et mal à la gorge), j’aime toujours autant leur énergie sur scène, et la tension qu’ils arrivent à mettre dans des chansons qu’on connaît pourtant par coeur (big up à « Take me out » et « This fire », toujours des tubes), et ils m’ont fait mieux apprécier leur dernier album avec lequel j’avais un peu de mal : bref, une énergie très positive qui m’a réconciliée à la fois avec leurs derniers titres et (presque) avec le zénith (faut pas déconner non plus je reste toujours #teampetitessalles). Ghost Wolves, c’était au Supersonic, donc là pour le coup mon côté hipster était content puisqu’on devait pas dépasser la centaine dans la salle. J’étais super hype à l’idée de revoir ce groupe qui avait été une grosse claque quand je les avais découvert, et dont l’album fait partie de mes préférés de 2017, et effectivement, l’énergie est toujours là, ils envoient bien bien comme il faut et, même s’ils ont pas fait mes chansons préférées (« Strychnine in my lemonade » pour ne citer qu’elle) et que leur set était plus hard-rock que bluesy, j’étais joie. Pour fêter ça, je leur ai déclaré mon amour et j’ai acheté un single (j’étais même prête à racheter l’album s’ils avaient la version colorée mais ce n’était hélas pas le cas dont tant pis je reste avec mon disque noir), et je suis rentrée sous la neige avec des gros riffs dans la tête. Oh, et est-ce que j’avais besoin de tee-shirt supplémentaires ? non. Est-ce que j’en ai quand même deux nouveaux ? Bien sûr que oui les limites sont absentes.

Après DES  M O I S  à t’en parler, j’ai ENFIN fini (et porté) mon pull ! Je l’aime tellement, il est beau et chaud et puis je peux dire C’EST MOI QUI L’AI FAIT (même si ma maman m’a aidée pour le col parce que le tricot je commence à maîtriser mais le crochet c’est pas encore ça). Du coup, je peux te le montrer AVEC JOIE ET FIERTÉ (vois comme les motifs sont bien alignés).

J’ai aussi terminé ma première paire de mitaines Poufsouffle, qui m’ont tenu bien chaud avec toute cette neige, et j’ai enchaîné sur une autre paire de mitaines, d’intérieur cette fois (coucou il fait 17 chez moi), qui sont aussi très sexy et confortables. (Et maintenant, j’ai commencé une paire pour ma mamie, qui était jalouse des miennes.)

 

Et pour finir, j’ai décroché un boulot qui va être T O P et que je vais commencer en avril (et d’ici là je dois faire un boulot beaucoup moins top en mars ahahahahahahahahah que voulez-vous c’est comme ça ma bonne dame il y a un retour de karma des fois), du coup je suis en joie à l’idée que ça arrive.

 

5. Sur ma platine

barr_2Voir cet album en concert a balayé mes dernières difficultés à son sujet, je crois : ça m’a permis de mieux le comprendre et de mieux l’appréhender, et je ne l’en aime que plus. Et, forcément, bercée par ma rencontre avec Brad Barr mon nouveau BFF, je l’ai un peu (beaucoup) (énormément) écouté en boucle en début de mois. Verdict ? les chansons que je trouvais déjà parfaites le sont plus encore, et celles qui me parlaient moins le font maintenant. (Et puis honnêtement, rien que sortir mon disque et voir les petits mots de Brad et Andrew dessus, ça suffit à ma joie.)

81A4V9K8CPL._SL1200_Une des sorties que j’attendais le plus ce début d’année (moins que Jack quand même faut pas déconner), tellement j’avais aimé leur précédent (Any way, shape or form), j’ai eu un peu de mal aux premières écoutes, car le son est plus rock et a un peu perdu ce côté bluegrass que j’adorais tant chez eux, mais au fur et à mesure, j’ai appris à apprécier cet album pour ce qu’il est et non ce que j’en attendais, et au final je l’aime énormément : plus intense, plus grave, avec néanmoins quelques pépites de fausse légèreté (coup de coeur pour « Trapeze » de mon côté), il est à la hauteur de ce que ce groupe peut faire.

s-l300J’ai profité d’un séjour chez mes parents pour ressortir quelques CDs qui prennent la poussière (il faut vraiment que je me rachète un lecteur), et celui dans lequel je suis le plus replongée est cet (unique) album des Black Belles, avec son énergie rock assez sombre et qui a pourtant quelque chose de très ironique, presque dansant. Je serai à tout jamais déçue que le groupe n’ait pas duré (même si Olivia Jean a sorti un album, qui ne m’a pas vraiment marquée), car ces quatre filles avaient définitivement un truc.

41VSwhV-ZFL._SX355_Franz Ferdinand fait partie des groupes que j’aime beaucoup sans pour autant les adorer de tout mon coeur, et que je continue à suivre plus par habitude que par réel enthousiasme (et aussi parce que je sais qu’en concert ils sont tip top moumoute), et le côté electro que je pressentais dans cet album (déjà bien présent dans Tonight, leur troisième) ne m’attirait pas forcément. Et pourtant, il a néanmoins quelque chose d’hypnotique, et les avoir (re)vus en concert me donne envie de mieux lui donner sa chance.

 

a3290546786_10Autre sortie de ce début d’année que j’attendais, ce volume 2 du Busted Jukebox de Shovels & Rope, qui promettait d’être aussi beau que bon s’il suivait la route tracée par le premier, et je confirme que c’est le cas. Déjà, J’ADORE le disque de la même couleur que les lettrages de la pochette, déjà sur le 1 ça m’avait séduite mais ici rebelote, et ensuite ces reprises folk collaboratives émeuvent mon petit coeur de hippie et de musicophile. J’adore quand des gens que j’aime font des covers de chansons que j’aime, et j’adore encore plus quand ils le font avec des gens qu’ils aiment. Tant d’amour, c’est trop.

Busted-Jukebox-V1-Cover-570x570Comment parler du volume 2 sans parler du 1, qui est, depuis son achat, un de mes disques doudous, dans lequel j’aime me réfugier et me blottir pour parer le froid de l’hiver, le meh et, de manière générale, le désespoir. Ce que je disais au-dessus est valable ici aussi, je vis ces disques comme un concentré d’amour et de bonne humeur – des ondes positives à la demande, en quelque sorte.

 

 

71iV1ST3JBL._SY355_ Je ne me lasse toujours pas de Ghost Wolves, et avec leur concert qui arrivait encore moins. Je ne vais pas me répéter, vu que j’en parle tous les mois environ, mais ce duo a définitivement un truc, dans sa musique brute et abrupte, une simplicité qui me fait y retourner encore et encore. Je maintiens, à cause de ça, ma comparaison avec les White Stripes – la suite de leur histoire me dira si j’ai raison…

 

 

Et voilà, je suis venue au bout de février. Et toi, ton mois a été bien rempli ? Tu as lu quoi ? Écouté quoi ? Tricoté quoi ?

10 réflexions sur “C’est le premier, je balance tout ! #8

  1. Merci de m’avoir cité ! 🙂 Butcher’s crossing, quelle claque ce livre… Dernière saison dans les rocheuses est dans le même esprit mais un peu moins trash quand même ! 🙂 Et je suis tellement d’accord avec toi concernant Undertaker ! Je suis raide dingue de cette série et des dessins de Ralph Meyer (Jonas Crow, ce BG quoi) !

    J'aime

    • Butcher’s Crossing, je crois que je ne suis pas aussi convaincue que toi… j’ai trouvé les scènes incroyablement tangibles (la chasse, l’écorchage ou la tempête sont incroyables), mais au niveau de l’intrigue et des persos j’ai l’impression d’être restée sur ma faim.
      Par contre Undertaker a tout mon amour ! ❤ Et j'aime bien aussi que les aventures fassent que deux tomes, ça convient bien à ma flemme ahah. (Et si tu aimes Jonas Crow, je te conseille de regarder Hell on Wheels si ce n'est pas déjà fait, le héros est le même type de personnage ahah)

      Aimé par 1 personne

  2. Hahaha toi aussi tu as un bon multipass de médiathèque ? C’est fou ce que je peux déambuler entres les étagères les bras chargés d’une dizaine de bouquins (limite ils devraient proposer des paniers ou des caddies hein !^^).
    Tiens j’ai également lu Saga (je me suis tout pris, tant qu’à faire !) et j’ai beaucoup beaucoup aimé.
    Bon mois de mars et de belles lectures !

    J'aime

    • mais oui l’abonnement médiathèque c’est merveilleux à chaque fois je veux tout prendre parce que c’est gratuiiiiiiiiiiiit #réflexedeprolo mais je dis oui aux caddies, même si chez moi c’est limité à 8 livres à la fois du coup à chaque fois je suis frustrée (avant de me rappeler que je peux venir prendre le reste quand je veux).
      Saga j’ai pas encore pu lire la suite parce quelle est présentement empruntée par une personne bien trop lente à lire, mais je compte bien m’y remettre dès que possible ! À force d’en entendre parler partout, je me suis dit qu’il était temps, et pour l’instant j’aime bien, même si c’est pas un coup de coeur. J’attends la suite pour me prononcer !
      Bon mois de mars à toi aussi =) (et amuse-toi bien à dévaliser la médiathèque :p)

      Aimé par 1 personne

  3. Pingback: C’est le 1er Mars j’balance tout #14

  4. Pingback: C’est le premier, je balance tout ! #9 | Les Cheesecakes de Dolores

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s