C’est le premier, je balance tout ! #10

Ce serait bien que je me (re)mette à poster autre chose que des « C’est le premier » et des « disques du dimanche matin » sur ce blog, non ? J’avoue que ces derniers mois c’était pas tout à fait ça, mais tbh j’avais d’autres priorités, et du coup tout ce qui est présence sur internet est un peu passé à la trappe.

Mais nous revoici, dans ce rendez-vous initié par Lupiot et dont les participants sont répertoriés chez le Charmant petit monstre, dans lequel tous les mois je parle de :

  1. Le Top & Flop de ce que j’ai lu le mois dernier
  2. Au moins 1 chronique d’ailleurs lue le mois dernier
  3. Au moins 1 lien qui m’a fait « Wahou » le mois dernier (hors chronique littéraire)
  4. Et enfin : ce que j’ai fait de mieux le mois dernier

Et comme la musique c’est #mapassion, j’ai décidé d’ajouter une cinquième rubrique :

5. Ce que j’ai écouté le mois dernier.

aligif6

I might be losing my mind but there’s one thing that I know : I’m finally ready, so ready to go!

1. Top et Flop

C’est assez simple, voici un résumé de mon mois en terme de lectures :

05ddd5029d8d6528409fe527e4e04f46

J’ai été un peu par monts et par vaux en avril (mais je t’en parle plus tard tkt), j’ai lu quatre ou cinq romans pour le boulot, j’ai fait un gros campnano, et globalement en début de mois j’ai eu du mal à trouver des livres qui m’inspiraient après mon mois de mars un peu merdique à ce niveau, du coup je me retrouve avec deux romans et une petite poignée de bédés pour tout butin.

 

Comme tu peux le voir, j’ai eu des mois plus glorieux, et j’avoue j’aurais bien aimé lire un peu plus, mais en même temps j’ai pas vraiment eu l’impression de perdre mon temps en avril (je t’en parle plus tard j’ai dit), et j’ai quand même lu des trucs chouettes (et d’autres qui l’étaient moins) (tant pis)

tumblr_mjw0jpYrqF1qf95jfo5_250

Top

Les étoiles s’éteignent à l’aube était un roman que j’avais pas mal vu passer sur les internets et notamment sur le Picabo River Book Club, il m’avait bien intrigué, et du coup quand je l’ai vu chez ma copine Del je lui ai momentanément subtilisé pour lire dans une file d’attente de concert, histoire de voir si mon intérêt était fondé. Et il l’était : une très belle histoire de transmission, d’hommes perdus et de survie, très émouvante.
Big up au passage à cette dame qui, me voyant lire devant la scène, m’a dit « Eh, il est génial ce livre ! »

J’ai emprunté le premier tome et le troisième parce que j’ai mal lu et que j’ai cru que c’était le deuxième de Fables à la médiathèque récemment, et j’a-dore. L’univers, les contes de fées revisités, l’humour, les clins d’œil, l’intrigue, j’ai été super emballée et j’ai très très hâte de lire la suite. (Promis cette fois-ci je lirai le dos des livres correctement.)

 

tumblr_mjw0jpYrqF1qf95jfo3_250

meh

Je suis une grande fan de John Green, et j’étais super hypée par la sortie de son nouveau roman Tortues à l’infini, que j’ai acheté juste après sa sortie cet hiver mais que je me gardais sous le coude pour un coup de mou, parce que, pour moi, John Green a toujours été fun (même dans Qui es-tu Alaska ?). Et quznd, fin mars, sur les rotules, j’ai ressorti ça pour me remettre d’aplomb, j’ai rapidement été déçue. C’est toujours bien écrit, c’est pas un mauvais livre, mais honnêtement ce n’était pas ce que j’attendais d’un livre de John Green, ni ce dont j’avais besoin à ce moment-là. du coup, un gros meh pour moi, pas parce que le livre était mauvais en soi, mais parce qu’il lui manquait l’énergie et le fun que j’en attendais.

 

tumblr_mjw0jpYrqF1qf95jfo4_250

Flop

Jusqu’ici, malgré mes incursions plus ou moins réussies dans le monde de la bédé, je n’en avais pas encore abandonné en plein milieu. C’est maintenant chose faite, avec Basil et Victoria, dont j’ai fini le tome 1 sans être convaincue, et laissé tombé au milieu du tome 2. Ni les personnages, ni l’intrigue, ni les dessins ne m’ont parlée, j’ai trouvé ça assez ennuyeux et pas attachant, alors plutôt que de m’acharner j’ai refermé tout ça et l’ai ramené à la bibliothèque en espérant qu’il y trouvera un public plus réceptif que moi.

 

2. Chroniques d’ailleurs

Pfffff je suis une mauvaise personne qui ne vais pas assez voir ce qui se passe sur le monde littéraire des internets, c’est un fait, je n’ai jamais été très douée pour ça, et si je suis quelques blogs ou chaînes youtube (coucou youtube d’ailleurs, ça fait une éternité que je suis pas venue te voir), j’ai du mal à être vraiment emballée par une chronique : soit parce que j’ai pas lu le livre et qu’il ne m’intéresse pas, soit parce que je veux lire le livre et que je ne veux pas être influencée donc je zappe, soit parce que j’ai déjà lu le livre et que je suis pas d’accord avec la personne, soit parce que je trouve la chronique trop courte, ou trop longue, ou pas assez poussée, bref, tu l’auras compris : je suis une difficile lectrice de chroniques. J’en lis et j’en regarde, pourtant, mais j’ai du mal à vraiment flasher sur une chronique, et c’est pour ça que cette rubrique est souvent assez vide.

Ce mois-ci, la seule chose qui a attiré mon oeil, c’est cet article de la luciole écarlate sur le traitement de la littérature de genre et des classiques en fonction des communautés, que j’ai trouvé vraiment intéressant au niveau sociologique.

 

3. Wahous d’ailleurs

Par contre, si je consomme au final assez peu de chroniques littéraires et musicales, j’aime toujours autant lire des articles sur et/ou par des artistes que j’aime, et ce mois-ci ça va beaucoup parler de musique par ici (et un peu de Starkid) (mais juste un peu promis).

Déjà, après avoir vu Jack en concert le 29 mars dernier (mais si souviens-toi je t’en parlais avec enthousiasme dans le « c’est le premier » d’avril), je me suis prise de passion pour sa batteuse Carla Azar, qui m’avait déjà marquée lors de la tournée de Blunderbuss, et que j’ai trouvé absolument fascinante sur scène ce soir-là. J’ai donc fouillé les internets à la recherche d’infos sur elle, et j’ai trouvé cette interview d’elle par Jack himself, qui date de ladite tournée Blunderbuss, et qui est à la fois tellement cute, pleine de connivence et aussi totalement atypique, et je ne les en aime tous les deux que plus .

carla2-2012

Puisqu’on parle de Jack (tkt tu vas en entendre parler toute l’année), j’ai aussi écouté cette interview de lui où il essaye de se détacher de sa réputation de psychorigide des temps anciens, qui lui colle à la peau malgré Boarding House Reach, et j’aime vraiment le voir évoluer et parler de son évolution (spoiler : j’aime tellement Jack ).

Tant qu’on en est à évoquer les temps anciens, Alison Mosshart raconte dans un édito comment elle était à 16 ans, et elle était si mignonne, et c’est à la fois tellement elle et tellement difficile de lier ça à cette image d’elle actuelle, c’est une histoire assez… inspirante. (Also j’aime beaucoup trop Alison Mosshart)

tumblr_oljo2zjByt1v2jknxo2_500

Et comment parler de femmes inspirantes sans évoquer Rhiannon Giddens the goddess  ? Qui parle ici avec humilité de l’impact de l’histoire afro-américaine sur elle et sa musique, de l’importance de la reconnaissance de ses pairs et de son besoin de donner une voix aux oubliés de l’histoire. Elle prouve pour la millionnième fois (au moins) qu’elle est une personne magnifique, généreuse et émotionnellement impliquée dans tout ce qu’elle fait.

playing-2-1486148561

Boum, je viens de te sortir trois musiciennes inspirantes (et Jack White) (qui ressemble un peu à une femme alors ça compte à moitié) en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, est-ce que ça fait pas plaisir ? Moi ça me fait plaisir.

 

J’avais dit que je te parlerai un peu de Starkid, et j’enchaîne direct là-dessus : le 9 avril, ils ont fêté les 9 ans de Starkid et de A Very Potter Musical (je te remets le lien pour la peine) dans un livestream de 9h en EXCELLENTE compagnie, puisqu’une bonne partie de la troupe est passée faire un coucou (MÊME TYLER !!!!!). Ils étaient tous si adorables (surtout Nick ), c’était si mignon de les voir discuter et se rappeler les bons souvenirs, je me suis couchée à 6h du matin pour ça et je n’ai absolument aucun regret.

 

Dans un domaine qui n’a absolument rien à voir, histoire de conclure cette rubrique sur un sujet un peu plus professionnel (parce que oui, à part m’enthousiasmer sur Jack White et les artistes féminines, j’ai un vrai métier) (même si ça pourrait demander un temps plein de faire ça jdcjdr), j’ai appris la création de l’association des correcteurs, et comment dire que je vais guetter ça de très près parce que 1) c’est une excellente nouvelle et 2) on fait un vrai métier et c’est pas trop mal de préciser de temps en temps qu’il n’est pas facultatif.

 

4. Mon moi d’avril

Comme je te promettais plus haut de te le raconter, ce mois-ci j’ai pas mal bougé de mon bureau, et du coup si j’ai pas vraiment eu le temps de lire (ou de bosser lbh), j’ai quand même bien profité de ma life.

Déjà, je suis allée passer une semaine en Norvège chez ma copine Matt’, et comment dire que c’était plutôt… sexy.

P1270160

pas dégueu

Ça m’a fait vraiment du bien, c’étaient mes premières vraies vacances depuis… 2015 ? et du coup j’en ai bien bien pris plein les mirettes.

Et puis, à peine rentrée que c’était déjà l’été, j’ai ressorti les tongs et les jupes légères, et je m’en suis allée traîner tout ça au Disquaire Day, où il y avait bien trop de mondes mais où j’ai quand même trouvé trois des disques de mon top quatre alors ça valait le coup #aimezvosdisquaires

Et j’ai à peine eu le temps de les écouter que je repartais direction Nantes, voir mes copines Del et Tiphs, les machines de l’île, et surtout, SURTOUT, Arcade Fire.

Que j’ai revus samedi à Paris parce que où est le fun sinon ? J’en suis revenue avec des ampoules aux pieds et mal à la gorge, mais le nombre de regrets présents est de ZÉRO (ils on joué « My body is a cage » !!!!) (et « Neon Bible » !!!!) (et « Creature Comfort » !!!!) (et tant d’autres !!!!!) (d’ailleurs si tu as loupé ça tu peux retrouver l’intégralité du concert ici sur youtube le monde est vraiment bien fait).

Et, au milieu de tout ça, j’ai réussi mon campnano ! qui consistait à finir de réécrire un vieux roman (c’est-à-dire à supprimer 1/3 des scènes et des phrases en disant « oui bon ça osef rab », à regarder un autre tiers en faisant « beuarf quelle horreur » avant de tout refaire, et à lire le dernier tiers en pensant « ptain c’était vraiment pas mal en fait »), et c’est maintenant chose faite et je pense que je suis contente du résultat ! Bon, j’ai encore deux trois trucs à modifier, mais j’en aurai bientôt fini avec. La joie est présente !

 

5. Sur ma platine

Comme j’étais pas trop chez moi ce mois-ci, j’ai pas écouté grand-chose non plus (à part le nouveau Jack White of course) (je t’ai dit que j’en parlerais toute l’année). J’ai bien profité des trois jours d’été pour tester les disques achetés cette hiver sous le soleil, mais ça a été bien trop court pour donner des résultats probants, alors je suis grosso modo allée piocher dans mon fonds sans trop explorer les nouveautés (comment ça « trop de disques à écouter » j’ai Boarding House Reach je te signale).

boarding-house-reach-covers2

Même après de nombreuses écoutes, je confirme mon amour pour Jack et pour cet album, où il brise les codes tout en les réutilisant, où il arrive à être là où on ne l’attendait pas et où pourtant il pose indiscutablement sa patte, et où, surtout, il excelle. À chaque fois, entre deux albums de lui, j’ai toujours un moment où je me dis « meh, peut-être que mon amour pour lui fait partie du passé et que je peux passer à autre chose », et puis il sort quelque chose de nouveau et et me rappelle combien je l’aime et pourquoi. 41VSwhV-ZFL._SX355_

J’ai eu des envies de Franz Ferdinand ce mois-ci, et comme celui-ci est le seul album d’eux que je possède en vinyle et que mon lecteur CD ne marche toujours pas, j’ai écouté celui-là. Si au départ il ne m’avait pas convaincue, plus ça va plus je l’apprécie et plus je retrouve Franz Ferdinand dedans. Certes, je reste toujours plus portée sur leurs premiers albums, plus rock, mais ce groupe a définitivement un truc qu’ils arrivent à emporter avec eux dans le temps.

 

R-1484433-1391057946-3649.jpeg

C’est le printemps, c’est le moment des disques funs et rigolo ! Et quoi de plus rigolo qu’une chanson qui s’appelle « Intergalactic laxative », hein ? Pas grand-chose, on est d’accord. Donovan arrive à parler de sujets plus ou moins funs, mais toujours avec un ton catchy et entraînant, et si c’est pas ça le printemps, alors je vois pas.

 

 

fleetwood-mac-rumours_sq-11b0b64b5817a55faed7c89d205d46f1d9afcf45-s900-c85

 

Fleetwood Mac se marie aussi plutôt bien avec cette saison, à moitié punchy à moitié dépressif, ça varie selon les chansons, un peu comme le temps ici : un coup on dort la fenêtre ouverte un coup on remet les radiateurs en marche. Mais la motivation est dedans cet album, et ça c’est pas rien.

 

 

arcade-fire-neon-bible Forcément comme je retournais les voir en concert, je les ai réécoutés avant (et après). Neon Bible est mon album préféré d’eux, même s’il est souvent considéré comme le parent pauvre de leur discographie, entre un Funeral encensé par la critique et un The Suburbs couvert de Grammys, mais perso je lui trouve une intensité, une détresse et une profondeur à couper le souffle. Et comme en plus il est la bande-son parfaite au fameux roman que je réécrivais (qui comme tu t’en doutes est pas méga fun), raison de plus pour le dépoussiérer.

R-2099657-1351472180-6225.jpeg

L’un de mes achats du Disquaire Day. Là aussi on est loin du fun, surtout sur un triple LP on a le temps de bien bien sombrer – avec des chansons comme « The Bed » ou cette très creepy mais assez ouf reprise de « The Raven » d’Edgar Allan Poe –, mais on sombre en beauté, et c’est ça qui compte, non ?

 

 

Et toi, t’est allé au Disquaire Day ? Parti en vacances ? T’as vu Arcade Fire ? Écouté le nouveau Jack White (tu devrais) ? Dis-moi tout !

Publicités

5 réflexions sur “C’est le premier, je balance tout ! #10

  1. Ahah, tkt, mon mois de lecture est encore pire puisque j’ai lu… un livre seulement #JaneAusten #maltraduit. J’ai même pas réussi à terminer le recueil de nouvelles de Maupassant à temps (et tant pis, pas l’time).
    ET BRAVO POUR LE CAMPNANO !
    Pour la musique, j’ai rien de spécial à partager, je suis affreusement monotone, j’écoute quinze milliard de fois les mêmes trucs, c’est affligeant. Mais je note toujours ce que tu écoutes et je vais découvrir des trucs de temps en temps quand même (Rhiannon Giddens <3)

    J'aime

  2. Pingback: C’est le premier, j’balance tout #16

  3. Pingback: C’est le premier, je balance tout ! #11 | Les Cheesecakes de Dolores

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s