La playlist du mois #2 – Avril 2020

Bonjour bienvenu dans la playlist d’avril, ce mois qui a duré environ six mois en ressenti et sur lequel je suis incapable d’avoir une vision d’ensemble tellement il a semblé partir dans tous les sens. C’était un mois vraiment bizarre, non ? Des fois j’ai l’impression d’avoir fait mille trucs et des fois j’ai l’impression d’avoir rien fait du tout. Pour citer ce grand homme Sylar dans la saison 3 de Heroes : « Nothing makes sense anymore. »

Du coup, voilà un échantillon de ce qui m’a occupé pendant les 178 jours d’avril, et qui pourra peut-être t’occuper en mai (surtout si le mois est aussi long).

À voir
Miss Fisher’s murder mysteries

Si toi aussi tu as une liste de séries en cours/ à regarder longue comme ton bras mais que tu préfères aller chercher dans ta liste Netflix un truc que t’as déjà vu fais un high five à ton chat. C’est comme ça, il y a des fois on cherche le réconfort de ce qu’on connaît, et quoi de plus réconfortant qu’une série policière historique féministe ? Une série policière historique féministe à regarder avec son chat.

Brendan Benson – live instagram

Tous les soirs à 23h20 heure française, Brendan Benson continue à faire ses lives sur instagram, et écoute c’est mon petit plaisir quotidien, de le regarder discuter et jouer une chanson. Brendan est vraiment un sweet boy qui mérite tout l’amour du monde (ou au moins qu’on regarde ses vidéos) (ou qu’on achète son nouvel album qui vient de sortir), et ces concerts sont vraiment la petite lueur de ma journée quand j’ai rien eu d’autre à quoi me raccrocher.

P_20200429_171436

À lire
Leaves of grass, Walt Whitman

Petite confession : je n’ai jamais réussi à adhérer à la poésie de ma vie. C’est comme ça, à chaque fois que j’en ai lu, ça m’est rentré par une oreille et ressorti par l’autre dans les 0.3 secondes, et pourtant il y a deux ans alors que j’attendais mon train à Londres pendant la tournée de Jack White, je suis rentrée dans une librairie et j’ai acheté Leaves of Grass (et en anglais, bien sûr). Et, comme ce confinement me fait tenter des trucs nouveaux (genre le yoga), j’ai décidé que c’était le bon moment pour m’attaquer à ce truc (ça y est j’ai l’âge de lire de la poésie). Et, bon, j’ai pas tout aimé, parfois c’était un peu ardu, il y a des moments où j’avoue j’ai décroché, certains trucs m’ont pas parlé du tout, mais il y a eu quelques passages qui ont bien bien résonné avec moi. Du coup, peut-être, un jour, je tenterai de lire autre chose en poésie ?

Coyote attend, Tony Hillerman

J’ai cru comprendre que ce roman qui se balade entre le policier et le nature writing n’était pas le premier de sa série, mais 1) ça ne m’a pas empêchée de rentrer dedans oklm et 2) j’ai maintenant très envie de lire les autres de la série. Cette enquête contemporaine dans les grands espaces des réserves indiennes de l’Arizona m’a donné des envies de voyage et a fait ressortir mon amour du western (qui n’était pas enfoui bien loin soyons honnêtes) tout en me plongeant dans un univers que j’ai beaucoup aimé, avec plein de ramifications. Petit bémol au niveau des personnages, dont j’ai trouvé le traitement un peu désuet (ce roman a 30 ans, après tout), mais sans enlever à leur capital sympathie. Lecture rapide, prenante, entraînante, je vais ouvrir l’oeil pour les autres tomes quand les librairies vont réouvrir.

À cuisiner

Comme on a commencé ce confinement avec environ 45436712 boîtes de pois chiches (enfin, trois, mais c’est on va pas chipoter), j’ai cherché un peu ce que je pouvais faire d’un peu sympa avec, et la réponse m’est venue rapidement : des falafels ! du coup, en fouillant sur internet, j’ai trouvé ces recettes de falafels, pain pita et sauce tahini qui ont très bien fonctionné, et que je vous recommande si vous aussi vous voulez tenter l’aventure. J’ai pu faire 8 pains pita avec la pâte, et j’ai un peu adapté la recette des falafels (j’ai pris de pois chiches en boîte, j’ai remplacé la coriandre par de la ciboulette parce que j’aime pas ça, et j’ai aussi adapté au niveau des épices en fonction de ce que j’avais sous la main). Résultat, ça nous a fait un repas et demi pour deux et on s’est régalées.

À écouter

Puisqu’ils ne peuvent pas jouer pour cause de confinement, les copains du Théâtre en Bullant ont décidé d’adapter leur pièce Et au loin, Babel, en scènes audio qu’ils ont publiées cette semaine. à écouter pour voyager au creux des vagues… c’est comme aller à la mer, les méduses en moins (et l’histoire en plus).

Hayley Heynderickx – Oom Sha La La

Découverte dans la playlist partagée par K.Flay en début de mois, cette chanson est le parfait mélange de sweet et weird, et en plus elle dit tout haut ce qu’on a tous plus ou moins eu envie de faire tout bas depuis le début du confinement : I need to start a garden.

Mura Masa – Deal Wiv it

Oui voilà ça vient de la même playlist et je n’ai pas eu le temps d’écouter quoi que ce soit d’autre de cette personne, mais on m’a certifié que son dernier album était très chouette donc… objectif de juin ? En attendant, cette chanson est fun et énergique, et des fois j’attends rien de plus.

Waxahatchee – Lilacs

Une chanson si chouette que quand j’ai vu l’album sur le site de Ground Zero alors que je faisais une commande je l’ai ajouté à mon panier comme ça sans réfléchir.

Dirty Projectors – Overlord

On le voit ce début de mois j’étais dans un mood très folk, et en même temps on a tous besoin de douceur, de regarder les fleurs pointer le bout de leur nez et de respirer un bon coup d’air frais.

The Raconteurs – Help me stranger

Le Jack White Induced emotional breakdown de ce début de mois était subventionné par le vault package avec le triple live des Raconteurs qui a fini par arriver jusqu’à moi, me faisant revivre la tournée de l’an dernier à base de « souviens-toi quand y avait pas de barrière !!! » et de « c’était formidable cette époque lointaine où on pouvait aller à des concerts dans n’importe quel pays ou juste aller à des concerts tout court. » Bref, un concentré de tous les feels dont j’avais pas besoin (ou peut-être que si) dans un album qui n’a littéralement pas quitté ma platine pendant une semaine.

The 1975 – Jesus Christ 2005 God Bless America

Non seulement Matty Healy ressemble un peu à Brad Barr, mais des fois il sonne un peu comme les Barr Brothers aussi. Plein d’émotions un peu contradictoires associées à cette chanson, pour le meilleur plus que pour le pire je pense, mais je pense que c’est par là que j’ai vraiment eu envie de me pencher sur ce que font The 1975.

Alison Mosshart – Rise

Imagine : t’es tranquille chez toi en pyjama depuis un mois (ou six) (je juge pas) à chercher des recettes de pois chiche, quand d’un coup oklm Alison Mosshart la queen du rock sort une chanson solo. Forcément c’est la teuf, forcément tu la mets à fond, et plusieurs fois d’affilée, forcément tu la remercie de prendre soin de toi, forcément tu te rappelles pourquoi le monde entier est probablement un peu amoureux d’elle (et s’il ne l’est pas peut-être qu’il devrait).

Sinéad O’Brien – Living with a fugitive

Ce n’est pas parce que Villette Sonique a été annulé et que je ne vais pas la voir avant un temps indéfini que je vais arrêter d’écouter Sinéad O’Brien. Cette chanson est ma préférée d’elle je crois, et maintenant j’espère vraiment qu’elle va revenir en France dès que ce sera possible d’aller à n’importe quel endroit qui ne soit pas son propre salon ou ses toilettes.

Brendan Benson – The Swamp

À force d’écouter Brendan tous les soirs, je découvre peu à peu son catalogue (que je ne connais pas vraiment en-dehors des Raconteurs soyons honnêtes), et je crois que cette chanson, avec son storytelling prononcé, est une de mes préférées. Big up Brendan déso de t’avoir snobé toutes ces années ❤

Laura Marling – Strange Girl

Avec le confinement il y a les mauvaises nouvelles, genre tous les concerts de printemps annulés, y compris celui de Laura Marling que j’attendais TELLEMENT, mais il y a aussi les bonnes nouvelles, genre Laura Marling qui sort son nouvel albums MAINTENANT au lieu de en août. Et devinez quoi ? Il est formidable. Cette femme ne cessera jamais de m’éblouir de son talent de songwriter et de musicienne, sa capacité à mettre le doigt sur ce qu’il faut, sa douceur et son assurance, et sa discrète présence qui prend toute la place à chaque chanson.

The 1975 – I like it when you sleep because then I actually have the time to type this song title that is longer than the actual lyrics

Il y a un mois je n’avais jamais écouté un album entier de 1975 de ma vie (même si ma copine Gabi m’avaient emmenée les voir en novembre et que j’avais bien kiffé), et aujourd’hui voilà que je mets pas moins de TROIS chansons d’eux dans cette playlist  — c’est fou ce qu’un mois d’avril de 213 jours peut changer une personne. La preuve : cette bizarre chanson instrumentale-électro au titre beaucoup trop long est sûrement ma préférée d’eux.

The 1975 – Paris

Je sais que c’est pas du tout ce que racontent les paroles, mais ce que mon coeur entend quand il chante « how i’d love to go to Paris again« , c’est ce désir, ce besoin, de retourner voir des concerts, de revoir des gens, mes amis, des inconnus, peu importe, de m’immerger dans cette foule et de me sentir de nouveau chez moi.

Porridge Radio – Sweet

Délicieusement punk et laid back, avec ce qu’il faut de passif-aggressif, ce morceau en appelle à mes instincts primaires de headbang – malheureusement, le reste de l’album n’a pas vraiment fonctionné pour moi. Tant pis, je continuerai d’écouter celle-ci en boucle.

Hinds – Just like Kids (Miau)

J’avoue je me sers de cette playlist pour stocker des trucs « à écouter plus en profondeur plus tard » qu’on me conseille. Du coup, j’ai bien kiffé cette chanson, et maintenant je compte bien aller voir un peu plus ce que fait ce groupe.

Dream Wife – Hasta la vista

Et un nouveau single de Dream Wife ! Je suis super hypée pour leur album censé sortir cet été (je dis « censé » parce qu’on est plus sûrs de rien  par ces temps qui courent ma bonne dame), et chaque nouvel extrait me conforte dans mon enthousiasme.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s