La playlist du mois #2 – Avril 2020

Bonjour bienvenu dans la playlist d’avril, ce mois qui a duré environ six mois en ressenti et sur lequel je suis incapable d’avoir une vision d’ensemble tellement il a semblé partir dans tous les sens. C’était un mois vraiment bizarre, non ? Des fois j’ai l’impression d’avoir fait mille trucs et des fois j’ai l’impression d’avoir rien fait du tout. Pour citer ce grand homme Sylar dans la saison 3 de Heroes : « Nothing makes sense anymore. »

Du coup, voilà un échantillon de ce qui m’a occupé pendant les 178 jours d’avril, et qui pourra peut-être t’occuper en mai (surtout si le mois est aussi long).

Lire la suite

Week-end à 1000 – février 2018

Du 9 au 11 février avait lieu le premier week-end à 1000 de l’année. Le principe est simple : lire 1000 pages entre le vendredi 19h et le dimanche minuit.

Ce n’est pas la première fois que je fais, j’avais déjà raconté les précédents dans des vlogs ici et , mais la plupart du temps ça tombe sur des week-ends qui sont pas du tout adaptés pour moi #tropdevie #tropdetravail. Là, j’ai profité d’avoir une vie assez calme pour participer.

J’étais donc partie avec une PAL un peu large, histoire d’avoir DU CHOIX.

DSC04457

Avec essentiellement des romans qui se lisent vite

DSC04456

Et une poignée de BD pour si j’avais besoin d’un coup de boost.

Lire la suite

Tristesse de la terre, Eric Vuillard

J’avais acheté ce livre à cause de sa (magnifique) photo de couverture et de son sous-titre, Une histoire de Buffalo Bill Cody, qui m’avaient fait dire « oh chouette un roman western » (mon argument d’achat #1 si je suis totalement honnête). Comme d’habitude, j’avais vaguement survolé le résumé, juste pour m’assurer que le titre n’était pas totalement mensonger, et pouf pouf il était rentré dans mon caddie.

Sauf que, à la lecture, il ne m’a pas fallu bien longtemps pour me rendre compte de mon erreur : Tristesse de la terre n’a rien d’un roman western, et tout d’un essai sur la colonisation et l’art de réécrire l’histoire. Et, passé ma première déception du « c’était pas ce à quoi je m’attendais », c’est un livre qui m’a finalement beaucoup touchée et parlé.

004199865

 

De quoi ça cause, alors ?

S’intéressant à Buffalo Bill et son célèbre Wild West Show, l’auteur revient sur la construction de l’Amérique et sa mythologie.

 

 

 

Lire la suite

Lonesome Dove, Larry McMurtry

Lonesome Dove a été le premier western que j’ai lu, en 2013, quand j’ai vraiment commencé à m’intéresser au genre. J’avais pris le premier tome à la librairie, et, en passant à la caisse, le libraire m’avait dit « vous verrez, vous reviendrez dans une semaine pour le tome 2 » – et c’est exactement ce qui s’est passé. (J’ai l’impression d’avoir raconté cette histoire mille fois déso si tu l’as déjà entendue.) Ça a été un véritable coup de coeur et ça reste, jusqu’à ce jour encore, mon western préféré.

J’ai donc décidé de le relire cette année, juste pour voir si mon impression était faussée par ma méconnaissance du genre à l’époque, si les années n’avaient pas émoussé ma passion, et puis aussi, juste pour le plaisir de replonger dans ce livre que j’avais tant aimé.

Mais de quoi ça cause?

Après une vie dans les Texas Rangers à civiliser la frontière Mexicaine, Augustus McCrae et Woodrow Call coulent une douce retraite dans leur petite ferme de Lonesome Dove, où Gus boit du whisky sous le porche tandis que Call creuse un puits dans du caillou sous un soleil de plomb. Jusqu’à ce qu’ils décident un beau jour de conduire un troupe de vaches jusque dans le Montana pour y établir le premier ranch de la région #oklm.

Lire la suite

Blessés, Percival Everett

Ça faisait longtemps (plusieurs mois, au moins), que je n’avais pas lu un western que j’ai aimé aussi inconditionnellement. Je veux dire, j’ai aimé des westerns (j’en ai parlé sur ce blog d’ailleurs), mais si tu as lu mes chroniques, tu sauras que mon avis est souvent « c’était bien, mais » : mais les personnages féminins, mais les personnages tout court, mais la cohérence, mais l’intrigue… c’est à croire que je râle tout le temps devant les bouquins.

Eh bien, avec celui-ci, je viens te prouver que c’est faux.

41fzLinT+6L._SX210_

 

L’intrigue ?

John, rancher noir, vit paisiblement sa vie d’ermite au fin fond de l’Arizona avec son oncle. Il s’en serait bien contenté, mais le monde semble décidé à le pousser à sortir de sa coquille… et pas toujours pour les raisons les plus agréables.

 

 

Lire la suite

Le Dernier des Mohicans, James Fenimore Cooper

Je suis une lectrice de personnages. Je pense que, quand on lit (ou qu’on consomme de la fiction de manière générale, qu’il s’agisse de livres, séries, films, pièces de théâtre, peu importe), on est chacun plus touché par un de ses aspects, en fonction de ses affinités personnelles, de son éducation, de ses habitudes. Pour certains ce sera le style, pour d’autre l’univers, pour d’autres encore les descriptions, pour certains la narration et l’enchaînement des actions… moi, ce sont les personnages, leur profondeur et leur évolution. Ça ne veut pas dire que je vais être totalement insensible au reste, mais ma porte d’entrée dans l’histoire, en général, ce sont eux.

Et pourtant. Dans Le Dernier des Mohicans, je n’ai eu aucune, mais alors aucune, affinité avec le personnage principal (et les autres ne sont pas forcément mieux lotis), mais j’ai adoré ce livre. Vraiment.

512nHmBxOhL._SX195_L’intrigue ?

Alors que les Anglais et les Français se battent au milieu des lacs en Amérique, les deux filles d’un colonel anglais se retrouvent prises dans les dangers de cette guerre, entre Indiens plus ou moins hostiles et Européens qui ne le sont pas forcément moins. Heureusement pour elles, elles croisent la route d’Oeil-de-Faucon, un éclaireur hors pair, et de ses amis Mohicans, qui vont tout faire pour les guider et les aider.

Lire la suite

Lune comanche, Larry McMurtry

Ce roman était probablement celui que j’attendais le plus de l’année : Lonesome Dove est un de mes livres préférés de tous les temps et mon western préféré, et La Marche du mort m’avait aussi bien mis la hype. Alors, à l’idée de retrouver Gus et Call pour de nouvelles aventures, j’étais hyper enthousiaste et prête à lui décerner un coup de cœur les yeux fermés. Mais, ah ! ça m’apprendra à vouloir mettre la charrue avant les bœufs puisque, en sortant de ma lecture, j’ai été plutôt déçue, voire un peu vénère. J’avais envie d’aimer ce roman de tout mon cœur, vraiment, mais la réalité est bien différente.

Lune_comancheL’intrigue ?

Augustus McCrae et Woodrow Call, Texas Rangers depuis une dizaine d’années, chassent les derniers Comanches sur le llano, vaste étendue désertique qui ne fait de cadeau à personne. Ils sont à un tournant de l’histoire, la petite et la grande, la leur et celle de l’Amérique, et les choix qu’ils feront les influenceront à tout jamais.

Lire la suite

Du haut des cieux, les étoiles – Harry Brown

Ce livre m’avait été offert pour mon dernier anniversaire par mes parents, et j’avais été très touchée parce que 1) c’est du western et 2) alors que je le déballais, mon beau-père m’a dit « apparemment il y a des personnages féminins intéressants dedans ». Alors, bon, autant je crois que mon amour du western commence à être connu dans la famille, autant l’aspect féminisme c’est pas spécialement un truc que j’aborde avec mes parents et, quand c’est le cas, c’est plus avec ma mère qu’avec mon beau-père. Alors qu’il ait considéré ça comme un critère de sélection qu’il était important de mentionner… ouais, ça m’a vraiment fait très plaisir.

Bon, en soi, il était pas allé le chercher bien loin, puisqu’il est littéralement écrit sur la 4e « de magnifiques personnages féminins ». Et, après lecture, j’en ai pas été si convaincue que ça (on y reviendra), mais ça, il pouvait pas le deviner et, comme on dit, c’est l’intention qui compte.

Du-haut-des-cieux-les-etoilesL’intrigue :

Dans une petite ville de montagne de l’Arizona, un jour, sur les terres du plus riche propriétaire terrien du coin, un ruisseau arrête de couler. Quelques types vénères et en état d’ébriété décident alors que non, la nature n’a rien à voir là-dedans, que c’est un COMPLOT, et qu’on peut décemment pas laisser passer ça sans rien dire et puis quoi encore.

Lire la suite

Des clairons dans l’après-midi, Ernest Haycox

J’ai eu envie de lire ce livre parce que c’est un western après avoir lu Little Big Man, parce qu’il parlait lui aussi de la bataille de la Little Big Horn, sous l’angle des soldats américains et non celui des Indiens, du coup j’avais la curiosité de savoir comment cet événement serait raconté.

411s+9UaomL._SX210_L’intrigue ?

Dix ans après avoir quitté l’armé pour oublier des événements douloureux (spoiler : c’est un échec), Kern Shafter décide d’y retourner et s’engage dans le régiment de Custer. Mais la menace des Indiens qui se rassemblent n’est pas la seule à laquelle il va devoir faire face : son passé aussi revient le chatouiller.

Première question : pourquoi les héros de western ont toujours des noms pourris ?
(Cullen Bohannon c’est toi que je regarde)

Lire la suite