Le disque du dimanche matin #9 – Johannesburg, Mumford & Sons with Baaba Maal, The Very Best & Beatenberg

Ce matin était un matin à écouter Mumford & Sons. Avec ce vrai temps d’hiver, Noël qui arrive et un rhume qui s’invite, j’avais envie d’un truc comfy, par exemple un bon vieux Live at Red Rocks de derrière les fagots, ce disque que j’ai écouté des millions de fois et dont les petits détails – ces quelques notes de piano dans « The Cave », la tension dans « Dust Bowl Dance », les harmonies de la voix de Ben dans « Ghosts that we knew » – m’émeuvent toujours.

Malheureusement, mon lecteur CD ayant définitivement quitté le game depuis quelques mois, je me suis rabattue sur Johannesburg, l’album qui m’a réconciliée avec eux après le décevant Wilder Minds.

Mumf_JbergEP_Packshot-1024x1024

Déjà ils ont l’air beaucoup plus heureux que sur la pochette de Wilder Minds jdcjdr

Lire la suite

Le disque du dimanche matin #8 – Méhari, Archimède

C’est fou comme, depuis que j’ai lancé cette série d’articles, j’ai été quasiment incapable à chaque fois de prévoir ce disque du dimanche matin. Je suis pourtant une fille d’habitudes, j’ai tendance à écouter trois ou quatre albums en boucle et il y a en général de fortes chances qu’un de ceux-là soit celui du dimanche matin. Et j’y pense, pendant la semaine, je me dis « celui-là il a bien le mojo pour être un disque du dimanche matin, ce sera sûrement lui cette semaine. »

Sauf que, neuf fois sur dix, le disque qui pop up dans ma tête le dimanche matin, sans être pour autant particulièrement surprenant, n’est pas celui auquel je pensais.

Comme cette semaine. Si on m’avait demandé, même hier, sur quoi je pariais, j’aurais répondu Queen of the Breakers des Barr Brothers ou American Epic, mais non, ce matin je me suis réveillée avec « Le Branleur parfait » d’Archimède dans la tête, alors Méhari a été une évidence.

méhari-archimède

En même temps c’est raccord avec le ciel bleu dehors

Lire la suite

Le disque du dimanche matin #7 – Freedom Highway, Rhiannon Giddens

Les limites que je pose à mon admiration pour Rhiannon Giddens sont environ inexistantes.

Et pourtant, je suis une bien mauvaise admiratrice, puisque je n’ai acheté son dernier disque, sorti en début d’année, qu’il y a deux jours. Je l’avais déjà écouté, que ce soit sur les internets, en concert ou parce que ma coloc possède le CD, mais il n’était pas encore mien.

Ce matin, après une courte nuit (la dernière d’une trop longue série), j’avais besoin de soutien et de motivation pour me mettre au boulot, et deux choses m’ont poussée à ouvrir mon ordi et mes fichiers de travail : la perspective des vacances prochaines et Rhiannon.

MI0004195255

Lire la suite

Le disque du dimanche matin #6 – Country Mile, Johnny Flynn

Je suis une adulte.

Ce qui veut dire que si, le dimanche matin, je veux remettre mon pantalon de pyjama sur mon legging en polaire (#meilleureinventiondumonde) et me faire des croques au chocolat pour le petit déjeuner, je peux.

Et si je veux aller voir des artistes en concert sous le simple prétexte que « j’en ai entendu parler et c’est dans une salle que j’aime bien », je peux. #adulthoodatitsfinest

Et c’est comme ça que vendredi soir je me suis retrouvée à aller voir Johnny Flynn au Café de la danse, et que ce matin j’ai mis son disque.

2013JohnnyFlynn_CountryMile270913

Si tu retrouves des similitudes entre cette histoire et celle du disque de la semaine dernière, c’est normal : en ce moment j’ai de l’argent, alors je le dépense inconsidérément – hell, hier j’ai acheté un carnet Harry Potter dont je n’avais absolument pas besoin. Mais sois rassurée : dans trois jours, je serai de nouveau pauvre et ce sera fini.

Lire la suite

Le disque du dimanche matin #5 – Masseduction, St. Vincent

Le disque du dimanche matin, c’est ce moment privilégié de la semaine où on est dimanche, personne va venir me forcer à sortir de chez moi ou me réclamer du boulot, des fois je traîne un peu au lit, des fois (comme aujourd’hui) je me lève quand même pour bosser, mais en tout cas, dans ces moments-là, c’est juste mon chat, mon disque, et moi.

Et aujourd’hui, comme ce disque tourne en boucle depuis que je l’ai acheté mercredi dernier (enfin, mardi soir), pas étonnant que ce soit lui que j’ai choisi ce matin.

8693a1edc321169ba577b6ea8bcff7f1.1000x1000x1

#sexy (le disque à l’intérieur est d’un beau rose violine assez intense,je le trouve très swag aussi)

Lire la suite

Le disque du dimanche matin #3 – Apocalyptour, Starkid

Soyons honnêtes : j’ai rarement envie de me lever à 8h le dimanche matin. Mais quand je suis obligée de le faire, alors que j’ai passé la moitié de la nuit à m’étouffer dans des quintes de toux et l’autre moitié à me faire marcher sur la tête par un chat (oui bon c’est arrivé une fois) (mais il m’a griffée) (par inadvertance, certes) (écoute j’essaye de dramatiser ma vie je fais ce que je peux), tout ça pour aller ouvrir aux poules et parler à des gens, ça me rend pas méga jouasse.

ani_obi_gdmt

Toi aussi, accepte de t’occuper des chambres d’hôtes de tes parents pendant qu’ils partent en week-end.

C’est pour ça que, quasiment à midi, une fois tous les clients partis, la moitié du ménage fait, une demi-tonne de mouchoirs consommée et les poules en liberté, j’avais besoin d’un peu de motivation pour laver ma troisième salle de bain et balayer mon millième mètre carré (j’ai dit que je dramatisais ok). Et qui de mieux pour ça que Starkid ?

Apocalyptour

Lire la suite

Le disque du dimanche matin #2 – The Barr Brothers, Sleeping Operator

Il y a des dimanches matin comme ça, il fait gris, il bruine, la température a baissé de dix degrés pendant la nuit et on est officiellement rentrés dans l’automne. Ces dimanches-là, j’ai envie de rester sous la couette à ne rien faire, et je me sens très in sync avec Zazzalil.

tenor

Du coup, le disque du matin est encore plus pertinent.

Alors cette semaine, j’ai sorti un de mes disques-doudous, un classique du dimanche matin, si j’ose dire, un album censé me faire commencer la journée sous les meilleurs auspices.

1451674882832

Lire la suite

Le disque du dimanche matin #1 – Jethro Tull, Thick as a brick

J’aime bien le dimanche parce que c’est le jour de la semaine où j’ouvre pas mes mails (#lerepos), et aussi celui où, quand je suis pas noyée sous le boulot (pas comme en ce moment quoi), je me permets parfois de rester au fond de mon lit et de bouquiner en écoutant un disque, avec mon chat pas trop loin. Et même quand je décide de me lever pour cuisiner ou errer sans but sur les internets ou travailler, ce disque du dimanche matin reste un moment cocon qui me met de bonne humeur.

L’idée de cette rubrique ? Parler un peu de ce disque, un peu de moi, et partager ce chouette moment douillet du disque du dimanche matin.

JETHRO_TULL_THICK+AS+A+BRICK+-+1ST+-+EX-567628

Est-ce qu’il est humainement possible de se lasser un jour de cet album ? (Non)

Lire la suite